Demande Masterclass à Paris


#1

Just to make sure all developers have seen this :

Demande masterclass sur Paris


#2

1000 Ğ1 c’est dérisoire, un minimum de 20 000 Ğ1 est requis, 50 000 Ğ1 serait bien


#3

Si on prend le cours de ma vente d’UNL, 50 € = 1500 G1.
Alors 50kG1 = 1666€

Pour 1h30 de cours devant 15 personnes, ça me parait un peu cher.

Celà dit, si je me pose la question, pour combien je serai prêt à le faire, ma réponse serait
5000G1 + défraiement en UNL (transport + repas)


#4

Ca dépend des frais, selon d’où vient l’intervenant. Qui plus est s’il vient de loin, c’est toute une journée qui sera dépensée sur “ce cours d’1h30” qui en réalité demande à minima 1 jour de présence, la préparation d’un voyage, d’éventuels frais d’hébergement, + 1 jour de préparation à minima.

Pour 5000 Ğ1, il faut compter sur un voisin de l’autre côté de la rue, qui connaît très bien le sujet, et arrive les mains dans les poches avec une préparation très légère…

Dans ce cas oui, ça pourrait valoir l’expertise gentiment donnée, mais à peine.

A mon avis un expert n’acceptera pas à ce tarif.


#5

Très juste, et en comparaison on peut voir les prix UNL de la formation, c’est pas donné ^^


#6

D’une manière générale il est surprenant de constater que dans le marasme économique ambiant on lit et on entend de prétendus “employeurs” autoproclamés se plaindre qu’ils n’arrivent pas à trouver les compétences dont ils ont besoin…

Mais curieusement, on ne les entend jamais proposer des offres au niveau requis…

Comme s’il n’y avait pas en réalité inadéquation entre l’offre et la demande.

Ou autrement dit comme s’ils n’envisageaient pas la possibilité que l’expertise est bien là mais que ce sont eux qui sont insolvables pour l’obtenir.

Comment obtenir ce que l’on veut sans avoir de quoi donner satisfaction à celui qui peut le fournir ?

Dans cas on se retrouve comme avec des enfants gâtés qui gémissent pleurent et se plaignent que cela ne tombe pas tout cuit dans l’assiette.

Quand le sage voit qu’il n’est pas en mesure d’obtenir ce qu’il veut il envisage de faire le nécessaire pour l’obtenir en s’armant de patience et de persévérance, ou bien, et c’est là son arme puissante, il remodèle sa volonté pour qu’elle se dirige vers des objets à portée de main en s’armant du renoncement.


#7

C’est étonnant ce que tu racontes, il ne faut peut être pas généraliser en disant " d’une manière générale “, la réalité est tout à fait autre il y a réellement des métiers ou on ne trouve pas de main d’oeuvre quel que soit le salaire proposé par exemple. A titre d’exemple on offrait une salaire horaire de 17.5 /H net sans expérience ( p, à c’est sur on a eu beaucoup de réponses, mais quand s’est présenté le deuxième jou de travail il n’y avait plus personne " c’est trop dur”, " c’est trop physique". Conclusion la réalité d’inadéquation entre offre et demande est là inversée. Tomber dans la généralité et une solution beaucoup trop simpliste, beaucoup de personnes évoquent ce problème mais combien sont venues sur le terrain au côtés des professionels dans les différents métiers pour leur demander ce à quoi ils sont confrontés,travail demandant des diplomes de sécurité au futur salarié qui sont obligatoires pour pouvoir embaucher, mais plus dur à trouver que tout la compétance ultime " le courage " et apparemment ça c’était valable chez nos anciens aujourd’hui tout le monde court après ses jours de vacances et de repos, faire travailler un employé le weekend devient de plus en plus difficile à trouver… Donc encore une fois généraliser n’est pas bon à mon sens. Ce qu’il faudrait c’est une autre approche de l’offre (c’est à trouver).
Voilà en résumé le fond de ma pensée qui n’est peut être pas celle de tout le monde je le conçois.


#8

je dirai que si l’employé trouve que ça ne vaut pas le coup, c’est à l’entreprise de revoir son offre non ?
Je suis sûr que tu peux trouver quelqu’un pour faire à peu prêt n’importe quel job non-mortel, pour peu que le prix soit là.
Peut-être que proposer 30 UNL/h en indiquant sur l’annonce “attention, travail physique très exigeant, pas sérieux s’abstenir” ça marcherait ? Et si l’entreprise n’est pas prête à faire cette dépense, c’est que pour elle ça ne vaut pas le coup non plus.