Ğeconomicus : des questions après ma première participation

Bonjour.

J’ai participé pour la première fois au jeu Ğeconomicus lors du FMM6 Valence.

Je n’ai pas encore lu la TRM, je me base juste sur mes réflexions “à brut” post-jeu, avec un peu de recul.

Dans la première partie du jeu, il y avait une banque et des personnes qui commençaient le jeu de façon favorisée (héritages…).

Dans la deuxième partie (monnaie avec DU), ces scénarios, sauf erreur de ma part, n’étaient pas implémentés.

Même avec une monnaie avec DU, il y aura sans doute des besoins de faire des emprunts pour financer des gros investissements.
Même avec une monnaie avec DU, il y aura des personnes qui commenceront de façon plus favorisée dans la vie que d’autres (héritages…).

De ce fait, je ne comprends pas pourquoi ces scénarios n’étaient pas présents dans la deuxième partie du jeu et me pose la question de l’impact que cela aurait pu avoir sur le résultat final (comparatif monnaie dette - monnaie libre avec DU).

Pouvez-vous m’éclairer? Merci.

Cordialement.

1 « J'aime »

Le but de ce jeu est avant tout de découvrir l’impact des règles monétaires. Ce n’est pas une simulation qui se veut réaliste, mais une simulation permettant la découverte des grosses différences qui peuvent aboutir du choix de la monnaie sous-jacente à une économie.

Pourquoi ces différences au niveau des règles ?

Sur la banque : Dans la première version elle est surtout là pour faire prendre conscience de l’émission/destruction monétaire et comment ça impacte l’économie.

Sur l’héritage dans une économie à DU : Ça aurait eu peu d’impact sur les résultats (la monnaie aurait en effet été remplacée dès le 2eme tour). Dans la version “monnaie-crédit”, la monnaie est rare, et donc les héritiers sont avantagés car ils peuvent échanger sans passer par la case “emprunt”.

Sauf si la monnaie donnée en héritage au début de la partie aurait pu être dépensée dès le premier tour en cartes ou bonbons (consignes de jeu : faire la maximum de bonbons) qui eux ne se dévaluent pas au moment du passage au 2è tour ; seule la monnaie perd la moitié de sa valeur ?

Effectivement, mais le nombre de bonbons produits potentiellement via cet avantage est de 1 maximum. Cet avantage n’aurait donc pas d’effet significatif sur le score au bout de 10 tours.

En effet, il a été produit presque 2 fois plus de valeurs lors des tours basés sur la monnaie libre que sur les tours basés sur la monnaie-crédit. Cet avantage initial aurait donc été négligeable dans le score final, et pour simplifier le jeu, ces règles d’héritage ont été élaguées.

Cela dit, je suis d’accord avec patrice sur le fait que l’héritage, soit on le fait dans les 2, soit on ne le fait pas du tout. Sinon les conditions ne sont plus les mêmes et on peut difficilement conclure sur l’origine des effets.

On notera que dans les règles officielles il est dit :

Ici donc c’est le banquier qui va créditer l’économie. Pour commencer
il peut distribuer quelques billets aléatoirement à sa discrétion,
très peu, à quelques joueurs. Toutefois ceci n’est pas forcément
la meilleure méthode, il est mieux de commencer directement par une
allocation de crédits.

Les prochaines fois, on pourront donc essayer sans héritage :slight_smile:

Bonjour à vous,

Dans mon cas, je préfère mettre en place l’héritage, sachant que je retire cette avantage des résultats (pour ne garder que ce qui est produit au cours du jeu).
Pour aller jusqu’au bout, il faudrait ensuite, au moment de la mort, permettre au joueur de laisser son héritage à quelqu’un d’autre, mais alors il faudrait aussi le noter dans le tableau de résultat, pour que cela soit également retrancher.
L’avantage de gérer l’héritage est de bien se rendre compte de l’impact sur les héritiers, et de voir aussi l’importance que l’on lui donne.
Ensuite, je suis d’accord qu’il faut également le faire pour la monnaie libre, pour pouvoir comparer. A améliorer, donc.

Pourquoi pas de même avec la banque?

Comment simuleriez vous la banque dans le cadre de Ğeconomicus en monnaie libre ?

Inso a bien rappelé l’objectif du jeu Ğeconomicus : montrer des impacts différents de systèmes monétaires différents, sur la production de valeurs économiques.

Gérer d’autres paramètres est toujours possible, mais on complexifierait en oubliant l’objectif du jeu, pour aller vers une simulation plus complexe de l’économie : dans quel but !? Si c’est pour éclairer véritablement sur l’impact de la forme monétaire choisie, brouiller l’expérience en la complexifiant c’est rater le but.

Ensuite pour véritablement “simuler” une véritable économie dans toute sa complexité, le mieux c’est de jouer une monnaie au sein de l’économie directement. Croire que l’on peut simplifier et simuler l’économie, alors qu’on a pas même conscience de l’impact de la forme de monnaie choisie, c’est comme croire qu’on sait envoyer des hommes sur Mars, alors qu’on ne sait même pas faire du vélo.

1 « J'aime »

Lorsqu’on participe à ce jeu, tel est le cas. Me semble-t-il que ce jeu a été développé pour déclencher un début de prise de conscience auprès des participants correspondant à ce profil et qui n’ont pas engagé cette réflexion.

Il n’était nullement question de vouloir simuler une véritable économie dans le cadre d’un jeu, ce qui est certes illusoire, mais comprendre la différence des règles de jeu entre deux parties.

Cette question m’est venue en cours de jeu, deuxième partie :

Un joueur voulait désespérément une carte que j’avais, mais n’avait plus de billet pour l’acheter. En l’absence de banque, je me suis posé la question de la possibilité de remplacer la banque. Je prête 1 billet au joueur, pour qu’il me rembourse 2 au tour suivant, en lui prenant au moment du prêt un bonbon en garantie dans le cas où il ne puisse rembourser au tour suivant.
Nous sommes bel et bien dans le cadre d’un jeu, où l’acteur banque a disparu, face à une situation de blocage d’un joueur qui avait besoin de monnaie, et dont la distribution de DU en début de tour n’a pas satisfait ses besoins en liquidités.

A titre personnel je ne vois rien de choquant à ce que l’on se prête des DU en cours de jeu, avec intéret ! :slight_smile: Faut-il, vu la vitesse des tours, être capable de les récupérer… !

D’où l’idée de demande de bonbon en garantie en cas de non paiement.
S’il y avait eu une banque officielle en deuxième tour du jeu, le problème de timing ne serait pas, le jeu serait suspendu le temps que la banque fasse ses formalités.

Le problème de la banque, c’est que dans une économie à DU, elle doit avoir les fonds qu’elle prête. Mais comme les joueurs dans ce jeu n’ont aucun intérêt à mettre de l’argent à la banque, il n’y a aucune possibilité qu’elle ne puisse prêter quoique ce soit.

Le mieux serait encore que les joueurs se remboursent à la fin du tour pendant le traitement des morts et naissances je pense…

Le fait que des joueurs se fassent des contrats individuels entre eux n’impacte en rien la forme du jeu. 10 joueurs représentent une simulation de 10 générations de joueurs séparées de 8 ans, pas 10 individus. Les valeurs économiques représentées par les cartes et les bonbons sont des valeurs quelconques symboliques pouvant très bien représenter des valeurs prêtées.

Ainsi qu’un joueur A décide de se transformer “en simili banque” en prêtant la carte souhaitée (un Roi), contre un bonbon ou une autre carte à un joueur B, il fait du troc (ce qui ne crée pas de monnaie). S’il souhaite donner sa carte en échange d’un contrat de “remboursement” de la carte donnée, un “titre”, c’est un titre qui spécifie la carte prêtée par exemple, et le contenu ne regarde que ces joueurs particuliers, et en aucun cas les autres joueurs.

Notamment si le joueur B ne “rembourse pas” ce qui est spécifié dans ce “titre” cela ne concerne en rien les autres joueurs, et le joueur A peut marquer “perte” dans la case de son bilan sans que cela n’émeuve en rien l’ensemble des autres joueurs, ni dans l’instant, ni dans le futur.

Donc cette possibilité ne peut et ne doit impacter en rien ce qui est commun aux autres joueurs (la gestion de la monnaie commune, unité de mesure commune), ne s’agissant que d’un échange interindividuel comme un autre.

Autrement dit il s’agit de bien comprendre l’erreur qui consiste à ne pas réaliser la différence entre unité de mesure commune et unité de mesure privée.

Donc non, le jeu est parfaitement bien établi, étant donné son objectif, tel qu’il existe, et n’empêche en rien des joueurs de s’adapter personnellement ou pas aux choix discutables qui les concernent individuellement et qui ne concernent que leur point de vue relatif et absolument pas le fonctionnement invariant de la monnaie.

1 « J'aime »

Merci pour ces explications, j’ai compris.

Bonjour à tous,

A propos des bonbons, j’ai une compréhension de la chose que je ne retrouve pas dans le débat.
Le bonbon concrétise le revenu brut, il matérialise le travail (échange de cartes) et si je ne m’abuse, dans la vraie vie, il faut vivre, manger, se loger, bref dépenser cet argent, pardon Stéphane, cette monnaie.
Cette dimension n’est pas explicitée dans le jeu, on compte les bonbon comme richesse accumulée alors qu’elle n’est que la comptabilisation de ce que l’on a produit.
Ceux qui sont tentés d’utiliser les bonbons en garantie d’un emprunt sont dans le faux ce qui relativise la notion d’épargne et donc la possibilité de financer sur cette seule épargne des achats onéreux

Non, tu dis parfaitement bien, il s’agit bien de la comptabilisation de la production et pas d’une prétendue “accumulation” (notion parfaitement relative, accumulation de “quoi” ?!). En effet dans la production il peut y avoir de la valeur temporaire comme de la valeur stable, ceci n’est pas caractérisé ni caractérisable dans le jeu, car il s’agit bien d’un point relatif.

Certes oui, il faudrait en réalité distinguer “valeur produite stable” et “valeur produite temporaire”, mais ceci est parfaitement relatif et ne concerne que le point de vue individuel relatif et certainement pas un point de vue sur une notion invariante.