🏗 [ CHERCHE INSTALLATEUR ] Noeud de calcul Duniter pour "quiche" en informatique!

Bonjour,

Nul en informatique, je suis cependant certifié dans la toile de confiance de la June et usager.
Comme tout ce que j’utilise, j’essaie d’en prendre soin au maximum et d’y contribuer dans la mesure de mes possibilités.

:thinking: Il me semble qu’installer un noeud de calcul Duniter permet de renforcer la toile, donc j’aimerais en toute logique y contribuer.

:star_struck: Par conséquent, je suis à la recherche de quelqu’un qui va pouvoir me proposer quelque chose du genre « le Kit d’installation noeud Duniter clé en main pour les nuls »( : y compris les suggestions de matériel simple et efficient).

D’avance, merci de votre attention et de votre efficacité !

Cordialement,

Hubert,
(PS : je me ferais bien entendu une joie de vous faire un don de Junes, du montant que vous estimerez utile :slightly_smiling_face:)

1 J'aime

Bonjour @HubuH :slight_smile:

Merci pour ta motivation, et ton envie de contribuer. Sache qu’utiliser la Ğ1, faire des échanges, vendre des biens et services en Ğ1, et expliquer ce qu’est la Ğ1 autour de toi est déjà la meilleure manière possible de contribuer :smiley:

Nous ne manquons pas de nœuds Duniter compte tenu de la charge actuelle.
Et même si un jour la Ğ1 était massivement utilisée par des centaines de millions d’humains, si 0,01% des membres ont un nœud Duniter (par exemple 10000 nœud pour 100 millions de membres) ce serait amplement suffisant, voir déjà trop.

Or, la proportion d’informaticien dans la population est supérieure à 0.01%, donc même si seules les personnes ayant des connaissances suffisantes en informatique et en sécurité ont un nœud Duniter, on sera déjà très très large.

Avoir son propre nœud Duniter est un engagement lourd qui demande un minimum de connaissances en informatique et en sécurité. Les membres qui ont leur nœud Duniter (dit membres « forgerons ») sont co-responsables de la sécurité de la monnaie.

Avoir un nœud Duniter géré par un tiers est une très mauvaise idée, c’est tolérable s’il s’agit d’un membre de votre famille ou d’une personne très proche que vous connaissez depuis longtemps et en qui vous avez toute confiance, mais dans tous les autres cas il ne faut pas le faire.

Si tu te considères comme une « quiche » en informatique, il est préférable que tu n’es pas de nœud Duniter, cela ne constituerait pas une contribution mais une fragilisation de la Ğ1, une anti-contribution en quelque sorte.

Je comprends ton envie de contribuer au maximum, la meilleure contribution que tu puisses apporter c’est d’enrichir l’économie Ğ1 en vendant des biens et services en Ğ1 :slight_smile:

1 J'aime

Merci elois pour le retour,
sachant que je contribue déjà par l’échange en June et me réjouis de partager tranquillement à mon entourage la notion et le fonctionnement de la monnaie-libre
(: ce qui me permet de d’alimenter mes recherches et de m’instruire à ce sujet, un peu plus chaque jour)…
ceci Ă©tant :

  • est-ce que tous les informaticiens sont ou seront potentiellement motivĂ©s Ă  faire tourner un noeud ?
  • Ă  quel problème de sĂ©curitĂ© est confrontĂ© un contributeur de calcul (avec un noeud)… (soit dit toutefois, quiche en informatique, ne signifiant pas pour autant, totalement idiot :slightly_smiling_face: !)
  • mettre Ă  jour son système
  • mettre Ă  jour Duniter
  • ouvrir/fermer les bons ports, Ă  la fois sur son noeud et sur son routeur
  • s’ assurer qu’aucun autre utilisateur ou application n’accède Ă  la clef privĂ©e
  • vĂ©rifier rĂ©gulièrement que le noeud tourne et est synchronisĂ©

Certains projets d’UNL Blockchain ont (avaient ?) une distribution GNUnux conçue pour installer son noeud sur Raspberry-pi. C’est beaucoup de dev pour le maintenir à jour. Je ne sais pas si c’est viable.

Le principal problème est que pour écrire dans la blockchain, le serveur doit posséder ta clef privée (tes identifiants en gros). Tu mettrais le numéro et le code de ta carte bleue sur un ordinateur que tu n’es pas sûr de protéger de toutes les attaques informatiques ? :cold_sweat:

entendu, merci des précisions !
pour aller jusqu’au bout de la démarche, une personne qui a compris le process a effectué (les 5 étapes décrites)…
=> elle doit faire ça à quelle fréquence et en combien de temps (disons pour un utilisateur pas très rapide) ?

disons, que c’est déjà un peu ce que je fais quand je procède à un paiement CB en ligne…

Après coté sécurité, je pars du principe, qu’une personne qui n’a pas d’autre objectif dans sa vie que de rentrer chez moi (ou pirater un système), y parviendra quoi qu’il arrive, c’est simplement une question de temps.
Rationnellement ça revient à envisager d’évaluer le rapport entre l’énergie que ça va lui demander ( : temps, technique, « préjudice » si elle se fait attraper) et le bénéfice qu’elle en retire, si elle y parvient ( : enrichissement, satisfaction d’avoir réussi à saboter, se sentir plus fort,…).

A tout bien y réfléchir, je me demande si à force de trop focaliser sécurité ( : sans pour autant occulter la réalité), on ne finit pas par générer soi-même les éventuels problèmes auxquels on pourrait être confronté ?!

ceci dit, peut-ĂŞtre que je manque de connaissances techniques sur la blockchain
=> (: si vous avez des pistes instructives, ça m’intéresse !) ?

Je vais répondre en me basant sur Debian, une distribution très stable et très répandue. Quelqu’un de motivé peut installer le noeud, apprendra beaucoup au passage et se sortira de sa condition de « quiche ».

  • installer le système et apprendre Ă  s’en servir : si on parle de quelqu’un qui n’a utilisĂ© que des systèmes propriĂ©taires, ça prend quelques jours. Mais il y a des bons tutos.

  • ouvrir/fermer les bons ports, Ă  la fois sur son noeud et sur son routeur -> une fois pour toute, puis Ă  chaque rĂ©installation du système (~2-5 ans). 3h pour apprendre, puis 20 minutes.

  • s’ assurer qu’aucun autre utilisateur ou application n’accède Ă  la clef privĂ©e : une bonne fois pour toute, tout dĂ©pend du contexte. p.ex pas de noeud membre dans un espace partagĂ©, au bureau, etc. Chez soi c’est l’idĂ©al.

  • mettre Ă  jour son système -> 2/3 mois minimum, plus c’est mieux. 20 minutes.

  • mettre Ă  jour Duniter -> chaque mise Ă  jour, 2-5 mois. 30 min + surveiller la cuisson synchro qques heures

  • vĂ©rifier rĂ©gulièrement que le noeud tourne et est synchronisĂ© : ~chaque semaine, min. chaque mois. Si tout est ok, 5 min, sinon 20 min + synchronisation.

Comme le dit @Elois,

c’est un engagement lourd qui demande un minimum de connaissances en informatique et en sécurité.

Mais pour moi, ce « minimum » peut être appris assez facilement (mais pas rapidement) par une personne motivée, de bon sens, à qui on donne les bons conseils. Le format MOOC « Installer et maintenir un noeud Duniter » me paraît plus adapté qu’un kit plug-and-play, ce serait une contribution intéressante.

2 J'aimes

Ah Ok, merci de la précision du retour !

donc au final, l’investissement en temps/année est, sauf erreur (via Debian) :

  • installation et apprentissage système = en fonction de l’usager
  • gestion des ports (noeuds et routeur) 3h + 5 x 20 min = 6 h
  • vĂ©rification de sĂ©curisation de la clĂ© privĂ©e (Ă  domicile) = en fonction de l’usager
  • mise Ă  jour système 3 x 20 min = 1 h
  • mise Ă  jour Duniter 2 x 6 mois x 30 min = 6 h
  • vĂ©rification synchronisation du noeud 1 x 52 semaines x 20 min = 20 h

sous-total : 33 h
+ installation et apprentissage système (disons 24 h -> 3 jours)
+ vérification de sécurisation de la clé privée (??)


Total : 57 h /an
+ vérification de sécurisation de la clé privée (??)

bon… ça semble tout à fait raisonnable, compte tenu de l’usage que ça permet ?!

et puis après tout… quand on aime, on ne compte pas :rofl: :joy:

VoilĂ . Faut aimer :heart_eyes: :computer: :rofl:

L’estimation de @matograine me parait bien faible et il oublie de citer un principe fondamental en informatique: « Ça prend presque toujours beaucoup plus de temps que prévu ».

Ne compte pas sur 60h/an, dans la pratique ce sera plus. L’important n’est pas « combien de temps », ce n’est pas estimable, l’important c’est 'aimer passer du temps à se prendre la tête derrière un écran, si tu n’aimes pas ça, mieux vaut ne pas te lancer.

1 J'aime