Dépendance aux DNS: Utilisation de NameCoin ?!

Je me posais la question d’estimer la dépendance technique au service mondial DNS des logiciels et services de la monnaie libre? Quand on connait les agissements qui découlent de la loi Antiterromachin de 2014.

Il me semble que nous devrions mener un audit des points de faiblesse que pourrait présenter nos logiciels face à une décision arbitraire non souhaitée. Je me penche actuellement sur le système NameCoin (quelqu’un a déjà expérimenté?), il existe peut-être d’autres pistes?

3 J'aimes

GnuNet ? Ça ressemble à un mélange entre Tor et Torrent, il y a une alternative à DNS (GNS) mais il faut bien sûr installer le client. Et ça n’a pas encore l’air de fonctionner correctement.

Du côté réseau, les fiches de paires peuvent très bien diffuser des adresses IPs et non des entrées DNS. Ce serait alors non-censurable.

Les noeuds sont compatibles TOR aussi, donc ils peuvent se contacter par des endpoints TOR sans soucis.

4 J'aimes

Namecoin, déjà testé pour ma part, jamais réussi à installer un relay DNS namecoin cela dit. (j’ai pas trop insisté faut dire :stuck_out_tongue: )

Oui il y a aussi TOR avec les .onion.

Ce qu’il y a de bien avec Namecoin, c’est que certain registrar offre le relay DNS des .bit de base (OVH le fait il me semble).

Si tu veux tester, j’ai quelques Namecoin qui traînent. ^^

Pas retrouvé l’info pour OVH, je crois que ça avait un rapport avec openNIC, mais je retrouve plus. :confused:

Oui, ces fiches sont déjà capables de faire DNS. En fait ces fiches sont même agnostiques de tout système informatique, il est possible d’y inscrire absolument ce qu’on veut pour faire référence à tout système passé, présent ou futur, informatique ou non.

Bref, aucun problème de ce côté là.

4 J'aimes

Donc c’est bien coté service qu’il faut prévoir le coup.

cesium en .libre, gchange en .bazar etc ^^

Avec des backup en .onion histoire d’etre résilient.

:heart:

2 J'aimes

ce sujet m’intéresse, merci de me tenir informée de solutions de résilience

Regarde du coté d’openNIC, ça offre un beau panel de top-level domain, qui ne dépendent pas de l’ICANN :slight_smile:

https://www.opennic.org

1 J'aime

Je faisais le tour du marché et des solutions pour se réapproprier Internet en toute liberté.

Et suis tombé sur CJDNS et la dessus: https://github.com/tomeshnet/prototype-cjdns-pi
Qui a déjà utilisé CJDNS?

Quand on perçoit le genre de minitel couleur à péage qui se monte sur le réseau IPV4…

Pas réussi à trouver comment réserver un nom…

Quelle extension t’intéresse ?

.libre

Je me penchais aussi sur CJDNS. Pas encore bien expert, mais approche intéressante…

Cjdns implements an encrypted IPv6 network using public-key cryptography for address allocation and a distributed hash table for routing. This provides near-zero-configuration networking, and prevents many of the security and scalability issues that plague existing networks.

ça se passe ici : http://be.libre/

Pour y accéder il faut que tu utilise les server DNS que liste openNIC. :slight_smile:

1 J'aime

Pour info, il n’y a pas de DNS dans CJDNS. Il y a eu quelques tentatives, mais le but de CJDNS est de fournir une allocation et un routage IPv6 complètement décentralisé. Une IPv6 correspond à une clé publique ed25519 et il y a tout un mécanisme pour gérer une table de routage sans utiliser de réseau sous-jacent. L’idée est de se brancher directement au dessus des trames Ethernet. Et si tu n’as pas de voisins en ethernet, tu peux bien sûr faire un tunnel UDP entre deux pairs.

1 J'aime

Tu as déjà installé et utilisé CJDNS ? On doit pouvoir router IPFS dessus…?
J’ai trouvé le moyen de mettre une identité gchange (ed25519) à un noeud IPFS

J’ai quelques Rpi pour monter des réseaux de test.
Utiliser les « notes du like » pour contrôler les connexions du swam ipfs permettrait de proposer un grand disque collectif aux utilisateurs de la G1 :wink:
Mais je bloque encore

Si ça dis quelqu’un, on pourrait essayer de mettre la couche CJDNS pour rendre tout ça encore plus « Nut »