Imprimer la blockchain ou comment survivre à un Événement Électromagnétique majeur


#1

Bonjour à tous, je me demandait s’il est possible d’imprimer la blockchain ou de la graver dans un support résistant à ce type d’événements.

Pour Duniter, c’est plutôt facile, ont as qu’a ouvrir le code source et l’imprimer mais pour la blockchain, ont y as accès quelque part ?

Bien sur, ici, c’est quelque chose qui s’applique à tous les systèmes informatique, que se soit une crypto ou une banque mais je pense que prévoir ce scénario qui ont sait se réaliser de façon récurrente dans l’histoire serait une bonne chose pour les monnaies fonctionnant dans Duniter.

Je pose aussi la question de ce qui en est des dépendances, OS, Langage de prog…?

Sur ce, je lance la discussion,
Éric Boucher


#2

Peut être se pose t’il une autre question derrière ta question. Quid du droit à l’oubli dans le cadre d’une blockchain qui n’oublie rien…


#3

Il est certain que la taille joue un rôle… Je pense qu’il y as déjà eu des discussions à propos d’oublier les vieux blocs… Je ne sait pas où ça en est chez nos développeurs… Dans ma juridiction, le droit à l’oublie est de 7 ans dans le milieux économique. Je pense qu’une chaîne aussi productive que la notre devrait se limité à entre 500 000 et 1 000 000 de blocs. S’il est possible de ne pas sauvegarder certains blocs vide, c’est encore mieux !


#4

En cas “d’événement électromagnétique majeur”, je ne pense pas que l’infrastructure réseau sera encore là pour faire fonctionner une monnaie en peer to peer :stuck_out_tongue:

Pour le code source, il faudrait aussi imprimer les sources de toutes les dépendances, au cas où les serveurs de npm soient morts aussi, les sources de node, yarn voire même celles de Linux. Bref, on a pas fini d’imprimer.

Pour la blockchain, ça tombe bien, pour l’instant elle est dans un format texte et donc directement imprimable. Dans le cas d’un format binaire, une convertion en Base64 suffirait.

Quand au droit à l’oubli, ce n’est pas encore d’actualité. Le protocole FYgg (que je développe et qui pourrait servir de nouvelle base pour Duniter) n’a pas besoin de stocker l’historique, donc ce problème ne se pose plus. A voir si les développeurs du Duniter actuel compte développer un “oubli des blocs” entre temps :slight_smile:


#5

Dans mon pays, l’infrastructure électrique devrait redevenir active en quelques semaines, ayant vécus un événement mineur, ont as décidé de garder du stock bien protégé.

Dans le cas des infrastructures réseaux, c’est plus compliquer… Je suppose que les sociétés qui font l’ingénierie de ce matériel en gardent toujours une version imprimé de tous leurs schémas technique. Et puis, ce ne sont généralement pas toutes les pièces qui brisent, pensons aux voitures.

Laissons à césar ce qui appartiens à césar…

La blockchain est disponible au format texte mais existe t’il une procédure d’exportation/importation au sein de Duniter ?

Pourrait-on le graver sur du verre par exemple ? —> https://www.orc.soton.ac.uk/physical-optics

Nous aurions la possibilité de sauvegarder tout les outils nécessaire à Duniter. Les coûts ont un énorme impact dans la viabilité de cette solution mais ici, pas besoin de passé de l’analogique au digital, ont demeure en digital. Disons qu’il en coûte 1 000 £… Le backup pourrait être annuel. S’il en coûte 100 £, là, ont pourrait faire un backup mensuel, voire quotidien si le volume des modifications est suffisants.

Quid de la capacité à ré-inscrire sur le support pour en faire la mise à jour ?


#6

Pas clair “£” comme unité de mesure, tu veux parler de quoi exactement en DUĞ1 ?


#7

C’est l’unité dans lequel ont devras payer étant donné que l’université est au Royaume-Unis et que ces gens ne sont pas des participants à la Ğ1.


#8

Il n’y a pas de raison valable pour faire de la publicité à une zone monétaire concurrente, ni aux produits économiques de ces concurrents.

Les membres d’une zone monétaire correctement établie sont tout à fait en mesure d’établir un modèle permettant l’autonomie économique.


#9

???

Je ne comprend pas bien pourquoi vous accrochez, il est clair que c’est hors sujet.

Votre intervention me fait même penser à de l’autarcie…

Pour rappel, je n’est qu’exprimé une inquiétude de prix étant donné que c’est un produit/service qui est rare/unique et que sont prix n’est pas publique.


#10

Cherche pas, c’est galuel :slight_smile: Il te suffis de remplacer le symbole par “UNL” (Unité Non Libre) et ça ira mieux :wink:

Oui pourquoi pas pour le backup, chaqu’un est libre de le faire s’il a envie et s’il veut contribuer au projet sous cette forme.


#11

Pas vraiment, d’autant que tu supposes ici que ce service ne sera jamais payable en Ğ1. Je trouve au contraire que c’est ta remarque qui fait du hors sujet, car le sujet c’est la Ğ1.


#12

Vous êtes sérieux ? Une université britannique qui facture en Ğ1 ? Ont en reparlera quand la Ğ1 auras cours légal au Royaume-Unis… Pour l’instant, c’est la livre sterling qui as ce statu et tant qu’il n’y as pas un projet de loi visant à son remplacement, je ne voit pas pourquoi ont en parlerait…

Sauf que UNL est trop imprécis pour le propos énoncé. J’aurais pu suivre le propos de galuel et dire 180 000 Ğ1 ou 18 000 DUĞ1 mais vous voyez bien que ça représente que moi comme valeur, les échanges en Ğ1 n’étant pas encore suffisamment fréquents pour en arrivé à une valeur en quelque UNL que se soit de façon indiscutable grâce au marché. Car le fait que ce soit une UNL ne dicte pas que sa valeur est égale à une autre UNL, bien au contraire, il y as une énorme différentiation de valeurs entre les différentes UNL présentes sur terre en ce moment.


#13

Je ne dis pas le contraire, je dis juste ce qu’il est commun de voir ici. J’ai déjà fait des remarques similaires, mais j’ai préféré ne pas insister.


#14

À quelle échéance ? Si tu raisonnes à moins de 80 ans tu es hors sujet, c’est ce que j’essaye de te faire comprendre.


#16

Un événement de ce type avec une origine naturelle est prévisible sur quelques jours seulement, c’est pourquoi mon échéance est pas mal sur le maintenant/dans quelques jours ou dans quelques mois et non dans 80 ans.

Mais pourquoi attendre 80 ans ? C’est à dire que le travail des dernières années et les 80 prochaines années est inutile/jetable ou facilement recréable ?

D’autant plus que le coût nécessaire à la sauvegarde pourrait être mutualisé avec les communautés des dépendances que l’on sauvegarde avec Duniter et/ou la chaîne.


#17

Concernant les données des blocs eux-mêmes, de nombreuses copies sont partout dans le monde, même en cas de catastrophe majeure, la plupart des données non-volatiles sur ssd/hdd resteront conservés et seront retrouver une fois le courant rétabli. Il en vas de même pour les binaires et sources des logiciels. L’absence de courant ne provoque pas la suppression des données des mémoires non-volatiles :wink:


#18

@elois, j’ai raté un morceau ? Un événement électromagnétique ne détruit pas l’électronique ? J’était convaincu que sans cage de faraday adéquate, tout y passait, incluant HDD/SSD, CM, BA, CG …


#19

Je ne pense pas. Mais si c’est le cas alors la monnaie sera le cadet de nos soucis, dans nos civilisations modernes ou tout dépend de l’électronique et tout est informatisé, un tel évènement signerai la fin de nos civilations et le retour a l’état de nature pour longtemps !


#20

À partir d’un certain point, il est arrivé par le passé que des lignes analogiques (Télégraphe) sont électrifié au point d’attraper un choc en les touchant ou de prendre feu de par elles-mêmes…

C’est généralement très mauvais pour tout ce qui est Transformateur et Condensateur… Par contre, depuis un certain temps, le soleil en produit peu mais il as toujours le risque non naturel même si dans un tel cas, c’est soit plus localisé ou encore pas du tout un soucis que d’avoir accès à une monnaie libre…

Par contre, niveau informatisation, normalement, la production l’est pas mal mais les données devrait existé en papier. Je voit mal une cie productrice de quelque chose qui n’imprime pas ses schémas technique… Elle n’utilise probablement pas ces papiers pour la production mais elle devrait en avoir une copie sous scellé ou d’archivé…

Bien sur, l’événement peut être encore plus dangereux et mené à la mort car en théorie, ont peut en mourir à certaines doses… Par contre, la fréquence ou la provenance d’un tel scénario n’est pas connu de notre soleil se qui dans un événement majeure est connu pour arrivé approximativement une fois par 100 ans. Le dernier date de 1859… Alors ont est un peu du…


#21

Il sera plus intéressant certainement d’être dans un futur possible où la communauté scientifique inscrite sera le produit de millions d’êtres humains ayant adopté une monnaie libre. Dans une zone non-libre la communauté scientifique résultante prend une certaine forme qui n’est peut être pas efficace ni en nombre, ni en qualité.

La quantité probable d’hommes pouvant développer des qualités de développement scientifiques au sein d’une monnaie libre rend tout intérêt devant la production limitée, tant quantitativement que qualitativement, des zone non-libres, très limité.