Masse monétaire croissante VS fixe

Bonjour, quelqu’un dans mon entourage m’a posé cette question à laquelle je n’ai pas bien su répondre, et j’aimerais avoir vos arguments:

Pourquoi de la monnaie devrait forcément être créée (en unités quantitatives)? Ne peut-on pas arriver au même résultat avec une masse monétaire qui reste fixe et une bonne redistribution monétaire par des taxes et des impôts?

Une grosse différence est présente avec cette solution : la monnaie qui sort de l’espace économique considéré (par exemple, dans les paradis fiscaux, ou dans les coffres d’entreprises ou individus qui ne font pas parti de la communauté monétaire) peut ne jamais revenir. Ce n’est donc pas du tout équivalent à une zone économique qui créé de la monnaie en continue et qui empêche ainsi tout assèchement monétaire.

1 « J'aime »

J’ai déjà eu cette réflexion de la part d’un ami. J’ai pas su lui répondre :slightly_smiling:

C’est exactement comme dit Inso. Car en termes de résultats numériques, il y a équivalence entre une monnaie libre et une autre monnaie où il existe uniquement une taxe redistributive, comme nous l’avait démontré Galuel lors des FMM5.

D’ailleurs en regardant les comptes en relatif, il n’y a effectivement aucune création de monnaie, juste de la redistribution.

2 « J'aime »

cgeek a parfaitement bien répondu, avec le bon lien qui plus est. Ce qu’a dit Inso est juste aussi, mais c’est plutôt une conséquence d’une monnaie libre qu’une condition qui aurait été incluse au départ. Il se trouve qu’il y a bien parfaite équivalence entre monnaie libre produite sur la base d’un DU, comptée en relatif, et une taxe redistributive d’une monnaie quantitative, mais sans les inconvénients (et les impossibilités !).

Ce qui par ailleurs doit faire réfléchir à la véritable nature pseudo-relative des taxes, qui tentent de coller à une réalité relative sous-jacente, sans la comprendre (et qui donc ne l’approchent in-fine que très mal, voire pas du tout à cause des “évasions”).

Conclusion : produire est plus efficace que taxer.

1 « J'aime »