ONE ❤ Ḡ1 Jukebox Café

Comme vous ne le savez peut-être pas.
Au travers de mp3.zicmama.com j’ai expérimenté depuis des années les différentes façon d’exercer son droit à la copie privée sur Internet. Je voudrai travailler désormais sur un service de café Jukebox IPFS.

Il s’agit d’un Jukebox communautaire (basé sur la fabrication et la vente de Radios avec bouton Enregistrer https://copylaradio.com). Dans le principe et dans le respect de la loi, les pistes identifiées à partir de la webradio, les flux de podcasts sont copiés soit avec youtube-dl, streamripper … en mp3 ou récupérés via IPFS si une Radio héberge déjà le fichier.

J’ai déjà réalisé des prototypes sur PiZeroW etr Pi3B+ en utilisant IPFS en essaim privé et ipfs-cluster avec pin et garbage collector manuel. Ça fonctionne…

Je voudrai travailler maintenant sur l’intégration de token. Chaque « Track » et « Radio » ont un porte-monnaie et échangent des LOVE pour l’Artiste par ses auditeurs et la Radio pour son « pin » IPFS.
Les LOVE (= 0.01 Ḡ1) pourraient être levées par crowdfunding et offertes avec les premières Radios.

En utilisant la monnaie libre, pour en gagner on est incité à avoir une grande taille de SSD pour sa Radio ou plusieurs et faire grandir le « datacenter ». Et le token que récupère l’artiste a une valeur sur gchange.fr et l’invite à devenir membre s’il le souhaite :wink: Ceux qui ne voudraient pas pourraient greffer leur prix UNL à la version HD de leur création, mais devraient s’acquitter de June pour payer le stockage sur le Jukebox…

Il reste à s’occuper de…

Bref, je propose de bâtir un premier Jukebox Café qui soit une véritable alternative Libre p2p et légale face à l’hégémonie de Spotify ou Deezer. Qui aide à l’évolution de Duniter et la June.

Pour arriver à déployer un réseau prototype, pas sûr que j’arrive à finir tout seul avant que le Web 3.0 ne devienne la prison numérique dont les clefs seraient détenues par des sociétés privées ou des États.

Pour enfin rendre au p2p, trop souvent traité de pirate, et au libre si souvent bafoué, leur splendeur! On libère la musique.

Ce message s’adresse à ceux qui pourraient vouloir apporter leur aide.
Qu’ils se manifestent alors !

ONE :heart:

6 J'aimes

:ok_hand:

Who is capable of and able to estimate his own time working on:

My own time based on my available free time could last months… Anyone have a shorter delay?
I can pay cash Ḡ1 and almost no UNL (but a few if you need it)

:books: IPFS Summer Camp 2019 : https://github.com/ipfs/camp

1 J'aime

@Frederic_Renault October I plan to start a textile cafe and work on it with you, lot of things to do and not so much time now

1 J'aime

C’est une bonne idée ça.

Cependant… :

=========================================

Le choix d’encoder les fichiers en mp3 est justifié par un manque d’espace?

Le mp3 étant un format de compression avec perte, le résultat est que le fichier est amputé de manière DEFINITIVE et directement audible pour toute personne écoutant réellement le son contenu dans le fichier.

De plus, des avis ont été émis sur le fait que s’habituer à n’écouter que du mp3 peut avoir des effets sur notre cerveau et notre analyse auditive car il y a beaucoup de données que l’on ne peut plus s’habituer à écouter car non existantes après une conversion mp3.

Je ne connais pas la véracité de ces analyses précisément, mais il faut quand même savoir que notre cerveau analyse très finement les informations audio que consciemment nous n’entendons pas, sans s’être entraînés un minimum.

La dynamique, la spatialisation, les réverbérations, le spectre fréquenciel, la phase… (et j’en oublie sûrement) sont impactés lors de la conversion en mp3, et change donc ce que l’on va percevoir et comprendre.

Sans parler du fait que tous les gens qui travaillent en amont sur le son (enregistrement/mixage/mastering) des créations musicales jouent sur tous ces paramètres sus-cités… donc si le mode de diffusion de tout ce travail détruit le travail fait en amont, je ne vois pas vraiment la plus value… :expressionless:

=======================================

5 J'aimes

@Frederic_Renault peut-être regarde du coté de WavPack :slight_smile:

Ou OGG qui est avec pertes mais qui est de bien meilleure qualité que le mp3 et sous licence libre depuis le départ.

1 J'aime

Un peu, mais surtout parce que je peux fourrer les méta données (avec pochette) dans le fichier lui même. Ce qui me simplifie la première implémentation dans IPFS. Et que tout le monde connaît.

J’ai essayé d’autres formats, ogg (pas de métadata), opus (best quality from youtube-dl) pour ne pas lancer de transcodage (RpiZero est rikiki)…

Si le transcodage est rapide, les tags gérés et la qualité meilleure ça se tente

De toute façon la source d’enregistrement n’a aucune garantie de qualité. Le mp3 128kb est fréquent…
Effectivement ça ne garantie pas une restitution parfaite du morceau. C’est donc une copie imparfaite qui ne concurrence pas la distribution HD respectant l’artiste. Une forme de preview.

Enfin dans l’idée du Jukebox, j’espère que vous aurez noté qu’en introduisant la ML dans la relation Morceau / Radio, il se crée le premier datacenter collectif à 0€. Une frontière inexplorée sur laquelle nous pouvons porter la réflexion et infléchir l’organisation du modèle appliqué au monde de la musique.

Un pot de miel pour les adeptes du ROI, un bel espace à valoriser pour la ML

1 J'aime