Qui a mis Cesium sur une site IPFS ? :)

ipfs
cesium

#1

Coucou, lutinus a trouvé ça :

On pensait que c’était Fred, mais non, c’est pas lui. Du coup, QUI C’EST qui a réussi ce tour de passe passe ?


#2

C’est pas plutôt le code de Césium qui a été mis dans IPFS ?
Le site fait toujours des requêtes aux nœuds à partir du navigateur web.


#3

Exact, merci Moul. J’ai corrigé le titre.


#4

Avec IPFS, du coup on peut garantir que le code de Cesium est conforme et non altéré.
Une faille de sécurité en moins coté client :wink:


#5

Je ne m’y connais pas, mais J’avais compris que c’est vrai si on est “en direct” sur ipfs.

Le lien donné utilise ipfs.io comme passerelle, non ? Donc il faut faire confiance à ipfs.io ?

Je demande juste, hein.


#6

À condition de pouvoir vérifier que le code stocké dans IPFS est bien celui distribué par l’auteur du logiciel.


#7

Exact, ce serait bien que l’apport à IPFS soit “officiel”.
Le problème de corruption online du code au niveau du serveur est dès lors absent…

Il reste à faire confiance à la passerelle ipfs utilisée… Mais chaque noeud IPFS peut exposer sa passerelle avec un simple reverse nginx.


#8

On pourrait surement implémenter une monnaie libre sur IPFS.?


#9

Je me met à découvrir tout le potentiel d’IPFS…
Je l’expérimente sur https://www.CopyLaRadio.com

Puis surement pour relier les noeuds g1sms.fr qui pourront y gérer leurs wallets et transactions ainsi répartir et alléger la charge sur duniter :wink:

Ce qui serait génial ce serait de mettre la base elastic search Cesium+ dans IPFS
@kimamila vu que Cesium s’héberge sur IPFS, ça pourrait fournir une architecture unique à l’ensemble et une version en production maîtrisée aux travers de portails IPFS loadbalancé par exemple.

@kimamila voila où je voudrai ranger Cesium+ https://docs.textile.io/concepts/contacts/
Peut-être avec un script de copie qui synchronise les 2 espaces au départ?


#10

Je pense qu’on peut mettre que des fichiers statiques dans IPFS, car ils sont incrémentés par une vérification de hash. Du coup, avoir une base de données qui évolue rapidement, ça me semble compliqué.


#11

#12

Il existe une surcouche qui fait office de liens dynamiquement mis à jour (IPNS) qui par des publish permet de mettre à jour la référence à la dernière version d’une structure de donnée.

IPFS, c’est la réunion de git, emule, torrent avec un stockage des données par hash. So Unhosted.


#13

Les DApp s’y développent, s’y installent et y meurent si elles ne sont plus pinée par une gateway


#14

Oula… comme l’explique @moul, un système de fichier de remplace pas une base de données, et encore moins une API de requetage.

Il faut bien se rappeler qu’IPFS ne gère pas les mises à jour.
Eventuellement, y mettre un backup pourquoi pas, mais tu n’auras pas l’accès en mode requete (par clé, recherche full text, etc.)


#15

Le nom DApp porte a confusion.
C’est juste l’hébergement du logiciel qui est décentralisée, et éventuellement les fichiers que les utilisateurs peuvent y envoyer, mais il n’y a aucune application avec des comptes utilisateurs, des droits d’accès, etc.
Si tu fais tout en fichier avec IPFS (par exemple, les profiles, les annonces de gchange, etc.), alors il n’y a aucun modération possible, aucun anti-spam, etc.
C’est le meilleur moyen de plomber les noeuds IPFS avec tout un tas de donnée de spam… AMHA
A moins que des fonctions de modérations soient possibles.

Bref, @Frederic_Renault a mon avis ne t’emballe pas trop, les BDD ne sont pas prête de mourir.
Par ailleurs les noeuds Cs+ sont déjà P2P, mais avec des fonctions anti-spam, une vérification des signateures (et hash) de chaque document, et une API de requetage bien plus rapide que les accès IPFS. :slight_smile:


#16

Je pense que c’est LaPingvino (mastodon) (twitter) qui l’a fait. Il en a parlé sur le chat. :slight_smile:


#17

Effectivement, je pensais aussi que IPFS se limitait à du stockage de fichier et l’hébergement de sites statiques. Sa couche IPNS apporte le moyen de publier un ensemble de données mis à jour sur IPFS, mais est lent et ne permet pas l’usage temps réel. Mais c’est sans compter sa couche libp2p qui permet une communication inter nœud instantanée. La couche Textile.io apporte une interface unifiée à toutes ces couches…
Concernant les DApp, effectivement elles dépendent souvent d’une connexion websocket dans le Web2.0, mais plus si on instancie un noeud IPFS dans le navigateur. Go sur les serveurs, JS sur les clients, tout devient décentralisé.
Concernant le Spam, c’est celui qui spam qui se pollue, on ne mettra pas de pin à sa data.

Je continue mon exploration…


#18

Concrètement, comme fais tu pour :

  • faire une recherche full text sur les profiles (usage dans Cs: recherche dans l’annuaire)
  • avoir un count() sur une ensemble de données ? (usage dans Cs: tous les graphs)
  • faire tourner le tout sur une téléphone ? Faut il un noeud IPFS sur le téléphone ?

#19

carson [5:40 PM]
Textile supports search for a very specific set of things (contacts and metadata), but full text search and more complex contextual search is pretty far off from what I’m aware of.

oui. Si on veut profiter de la décentralisation totale. Mais on peut utiliser IPFS derrière une API http (sans profiter de la couche instantanée internoeud).

Pour le moment, je teste la partie serveur (go) contrôlée en ligne de commande… Apparemment la couche de textile js est encore en développement, mais ils sont bien motivés pour m’aider à faire une interface pour les jukebox lecteurs enregistreurs de webradio que je met en libre: https://www.copylaradio.com/

Ce que je bricole là sera parfait pour arriver à créer des wallets et partager leur gestion par un essaim de serveurs G1sms/G1billet :wink:

J’avoue que pour ce qui est de la partie client, je suis moins au point…


#20

voila @Artanux je suis ici aussi. je l’ai fait d’abord par le façon le plus simple imaginable… mais enfin si un app est Unhosted, ça marche en ipfs sans rien changer. juste ipfs add -r avec ou se trouve Cesium tout compilé, et voila, ça marche déjà :smiley: