Réflexions sur la rémunérations à part variable des contributeurs au projet Duniter

Bonjour à tous,
il me semble que l’idée de la rémunération des contributeurs avec une part variable était censée augmenter la rémunération des contributeurs (de manière hétérogène certes)…mais j’ai l’impression que c’est un peu l’inverse qui se passe. Les contributeurs sont soit trop modestes, soit n’osent pas demander plus?

Avec quelques mois de recul, pensez-vous que ce nouveau système est à conserver ou bien doit-on revenir à l’ancien?

Désolé si je lance des débats qui n’ont pas lieu d’être je suis peut être à côté de la plaque…

Personnellement, je ne me vois pas demander quoi que ce soit. On me donne, tant mieux, sinon, tant pis. Ou alors, ce n’est pas un don, mais un travail rémunéré.

1 J'aime

Idem pour moi.
Pas si simple de demander plus que les autres…

1 J'aime

Pourquoi ne voulez-vous pas vous rémunérer plus ? La communauté Ğ1 donne aux contributeurs du projet Duniter, et ces derniers se rémunèrent selon l’auto-évaluation de leurs contributions.

Peut-être ne voulez-vous pas travailler pour la communauté ? C’est pas indirectement ce que vous faites non ? Alors, c’est quoi ? Vous ne voulez pas que la communauté vous dicte ce que vous avez à faire pour elle ? Le fait-elle ? A-t-elle le pouvoir de le faire à travers ses dons ?

Avez-vous peur de travailler contre rémunération en Ğ1 ? Que ça devienne une part plus importante de votre mix UNLE/Ğ1 ? Voulez-vous que ça reste un hobby sur le côté, sans plus d’importance ? C’est de la modestie ?

Je pose des questions dans tous les sens. C’est pour comprendre votre point de vue.

1 J'aime

Je ne crois pas qu’il s’agisse de dons. Les dons sont collectés sur la caisse des développeurs. Lorsqu’ils sont redistribués, ce ne sont plus des dons, puisqu’il faut demander pour les avoir. Il faudrait des critères impersonnels d’attribution. J’aimais bien la répartition uniforme du début qui correspondait à ce caractère impersonnel.

La raison pour laquelle on a mis en place ce système de rémunération variable et différente par contributeur, est dû au fait que tous les contributeurs ne s’investissent pas tous autant et ce également au cours du temps.

Voyez-vous une solution pour conserver ce caractère impersonnel d’attribution tout en permettant une rémunération différente ? La rémunération minimale pourrait être augmentée pour qu’elle soit considérée comme un « don ». Jusqu’à combien souhaitons-nous augmenter ce plafond minimum ? 20, 25, 30… DU Ğ1 ? Est-ce suffisant pour rémunérer des contributeurs investis, sans pour autant trop rémunérer les contributeurs peu actifs ?

Il faudrait peut-être un vote, à la fois des donneurs emplissant la caisse et des développeurs, déterminant les montants à verser sur une échelle prédéterminée. Les donneurs pourraient ainsi indiquer les développements qui leur sont le plus utiles ou qu’ils apprécient le plus. Les développeurs pourraient apporter un jugement plus technique sur la difficulté et la qualité du travail fourni. Ce vote pourrait être organisé tous les trois mois.

Une autre solution plus simple serait de rémunérer à égalité tous les développeurs qui ont fourni quelque chose d’un peu consistant dans la période précédente de trois mois.

Le principe d’un don c’est qu’il est sans obligation ni contre-partie.

Si les utilisateurs doivent décider ce sur quoi l’on doit travailler et comment, alors ce n’est plus un don mais un salaire, perso je veux bien mais dans ce cas je demande minimum 3000 DU par mois, avec un contrat.

Les utilisateurs qui le souhaitent font des dons a la caisse « Développeurs de Duniter », les gérant de cette caisse sont libres de redistribuer les fonds de cette caisse selon ce qui leur semble juste.

Les gérant de cette caisse sont: @cgeek @Inso @Moul @vit et moi-même.

Et nous estimons qu’il n’est pas juste que tous les contributeurs aient la même part alors que l’implication est très variable d’un contributeur à l’autre.
In finé, la meilleure personne a même de juger si un contributeur est justement rétribué ou non, c’est le contributeur concerné.
Il nous semble donc plus juste que chaque contributeur décide combien il lui semble juste de recevoir par rapport à son niveau d’implication.

Bien entendu que les contributions doivent être utiles aux utilisateurs, c’est pourquoi la liste des contributeurs rémunérés a à quel titre ils le sont est publique.
Si des utilisateurs estiment que tel ou tel projet ne mérite pas rétribution car n’est pas utile, ils peuvent l’exprimer ici :slight_smile:

Nous sommes déjà à l’écoute des utilisateurs, de toute façon c’est dans notre intérêt car se sont eux qui donnent. Si les dons diminuent on se remettra en question, mais pour le moment je vois que les dons affluent et qu’aucun utilisateur ne se plaint de l’usage que nous faisons de ces dons, je pense donc qu’ils voient bien que nous en faisons bon usage :slight_smile:


En parallèle, je suis favorable a l’organisation de sondages/votes pour récolter l’avis des utilisateurs, et le ferai peut-être à l’avenir pour des grands choix comme l’anonymisation des montants par exemple.

Mais c’est un autre sujet qui ne doit pas être en lien avec la question de la répartition des dons, sinon cela signifie qu’il y a lien de subordination et que donc ce ne sont plus des dons mais des salaires.
Sachant que la part des dons que je demande pour le prochain cycle me semble valoir environ 4h de dev, dans ce cas je ne coderai plus qu’1h par semaine, a se rythme l’oxydation de Duniter prendra environ 70 ans au lieu de 2 (je ne finirai même pas cette étape de mon vivant).

3 J'aimes

Merci @elois de ta réponse détaillée. Elle n’enlève malheureusement pas mon malaise.

Je n’ai aucun scrupule à recevoir de la monnaie contre un bien ou un service rendu. L’échange se fait après accord des deux parties. Il m’arrive aussi de recevoir des dons. Cela me fait plaisir et je n’y vois aucun problème. Dans les deux cas, il y a reconnaissance d’un service rendu et rémunération a posteriori du dit service. Cela n’a rien à voir avec un salaire et je n’y engage pas ma liberté, puisque le paiement, ou le don, se fait en conséquence du service déjà rendu. De plus, il y a plein accord de la personne qui paye en reconnaissant la valeur de ce service.

Par contre, dans le format actuel, je dois demander. Et cela m’engage, ce n’est plus la reconnaissance du service rendu, ce n’est plus a posteriori. Je ne peux pas.

Ce n’est pas ce que j’ai proposé. Il n’y a aucune décision demandée, aucune obligation. Les donneurs indiquent juste vers où va leurs reconnaissances pour le travail déjà fourni, et leurs vœux (sans plus) pour l’avenir.

J’ai l’impression que suivant les régions la monnaie G1 a plus ou moins d’utilité.
Un développeur qui se trouve dans une région plutôt déserte en G1, n’as que faire de G1, qui s’accumule avec son DU, et qu’il n’arrive pas dépenser.
Au contraire un développeur dans une région où la monnaie circule beaucoup, trouvera toujours de quoi dépenser quelques G1 supplémentaires.

Je ne sais si cet état de fait entre en jeu dans les demandes rémunérations.

Je pense moi aussi que les dons aux développeurs devrait être plus important, il me semble que le compte qui collecte les dons est plutôt bien rempli.

2 J'aimes

Avec un bémol que l’on peut faire des échanges postaux. Moyennant des frais postaux en UNL.

Mais c’est vrai que pour des légumes frais… Rien ne vaut du local ! :wink:

2 J'aimes

Une autre idée qui me vient, peut-être insensée.

On pourrait donner une grosse somme chaque mois aux développeurs une sorte de limite haute. Et chaque développeur rendrait ce qu’il estime être un trop perçu.
Ce qui inverserait un peu le processus d’estimation, le dev ne se sentirait pas en position de demandeur (qui semble gêner certains) mais d’offreur (en reversant un trop plein).

Est-ce que cela vous semble souhaitable?

Intéressant. Mais je vois deux inconvénients :

  • Ça demande aux devs de ne pas oublier de faire une tx à chaque versement.
  • Le transfert de la responsabilité aux devs, qui ont le dernier mot, pourrait devenir culpabilisant. Plutôt qu’avoir une part que j’ai demandée et qui a été acceptée, j’ai une part que j’ai estimée moi-même. Si les autres trouvent que ce n’est pas harmonisé, ça devient ma responsabilité.

Néanmoins le deuxième est peut-être un avantage, si personne ne se sent en compétition.