Utiliser les documents d'identification étatiques pour identifier un compte

La première:

Dans le forum monnaie-libre, j’ai fait une proposition qui fâchent un peu…

En résumé, détourner des documents officiels vérifiables pour générer des hashs et les graver dans la blockchain sur un compte non membre qui ne sert qu’a cela.

Si les 3 hash sont présents, c’est que l’on a déjà un compte certifié (ou que l’on a participé à un vote c’est pareil).

Mes hypothèses sont qu’il y a peu de sans papier que l’on peut traiter au cas par cas et qu’une monnaie libre à surtout du sens localement, d’autant plus que le nombre de membre possible est limité (si j’ai bien compris).

Pour l’international, on peut faire des échanges de monnaies libres.

La deuxième:

Cela à-t-il un sens que les comptes certifiés ne soient pas publique (pas d’anonymat) puisque l’on utilise d’autres comptes pour les transactions?

Voilà :slight_smile:

Comme ça a été dit je crois, sans même entrer sur le plan social, éthique, mais juste sur le plan technique, ça me semble pas claire du tout.

Gérer un hash d’un donnée de prouve en rien que c’est toi qui l’a généré. N’importe qui pourrait générer et inscrire les hash des documents officiels de Bob.

Il faudrait signer ce hash avec une clé privé, mais du coup on retombe sur a qui appartient la clé publique qui correspond à cette clé privé ? Si le but du workflow est de certifier qu’un compte appartient bien à telle personne, on tourne en rond.

Ou alors je n’ai pas compris.

1 J'aime

[deleted: as this is not the place for my rhetoric]

Seul les certificateurs en présence de la personne a certifier peuvent valider les documents, calculer et ajouter les hashs, la toile de confiance existe toujours.

La présence des hashs indiques que la personne est certifiée, mais pas qui elle est ni quelle est sa clef, car les certificateurs peuvent certifier 100 personnes.

Bon je pose aussi la question qui fâche de l’intérêt que les comptes certifiés soient anonymes.

En fait tu veux transformer tous les certificateurs qui aujourd’hui reconnaissent les gens qu’ils connaissent en tant que personne ayant droit à leur part de création monétaire, en agent de l’état, qui vérifient méticuleusement la validité des numéros d’identification de chacun dans ses bases de données, et de faire cette vérification a chaque acte de certification.

Il a déjà été dit 100 fois que in finé toute machine est contrôlée par un être humain et que cet être humain peut faire ce que bon lui semble on ne peut pas l’en empêcher.

Donc aucun procédé technique, quel qu’il soit, ne peut se substituer à la décision humaine du certificateur.

Le protocole Duniter/Ğ1 ne peut donc se baser QUE sur cette décision humaine uniquement, celle-ci doit être suffisante.

Nous somme ici sur un forum technique, dédié au protocole Duniter/Ğ1 et les logiciels qui l’utilisent.

Cette discussion n’a donc pas sa place ici, elle était à sa place sur l’autre forum.

De plus, le projet Duniter est, a tort où à raison, totalement décorrélé de toute notion d’état. Votre proposition n’est donc pas recevable dans le cadre du Duniter.
Si ça ne convient pas il est possible de forker, mais ce forum n’est pas l’endroit pour en parler :wink:

C’est un autre sujet, et les comptes membres sont déjà pseudonymisés, il est fondamentalement impossible de faire plus de part la définition même de la toile de confiance.

6 J'aimes