Choix de vie vs ğréférentiel

Éléments qui expriment des mesures dans quelle unité scientifiquement bien établie exactement ?

Curieux réflexe, car en effet, tout scientifique, met en liste de priorité première, au niveau le plus élevé qui soit, la définition des unités de mesure des propriétés des phénomènes qu’il prétend analyser.

Toute autre démarche ne peut en aucune manière être qualifiée de scientifique.

C’est au mieux du chamanisme.

2 J'aimes

Merci Galuel pour cette leçon…

Bien que je sois d’accord pour dire que le référentiel de valeur des personnes qui m’entourent est au mieux douteux, le fait est que tant que je suis avec eux, c’est celui qui s’appliquera à moi. Par exemple : la valeur de mon diplôme d’ingénieur ou de mon doctorat n’a rien d’absolument mesurable et je ne leur accorde aucune importance. Pourtant, comme la plupart des personnes dont je parle accordent beaucoup de valeur à ces diplômes, le fait de les avoir affecte la manière dont ils me perçoivent et me traitent.

Je vois deux stratégies pour passer d’un champ de valeur douteux à réel référentiel de ğvaleur :
la rupture brutale ou une transition plus douce. Dans le cas de la rupture brutale, je pourrais me séparer de tous ceux que je connais pour aller à la ǧcampagne faire pousser mes ğlégumes et les vendre pour de la ğmonnaielibre. Dans le choix d’une transition plus douce, je peux essayer d’ouvrir les yeux à certaines personnes qui comptent pour moi et de faire cette transition ensemble.

Dans tous les cas, ces choix ne regardent que moi, et tes remarques sur le chamanisme, tu peux te les mettre là où je pense.

Pourquoi pas, seulement…

Je pointais seulement le caractère scientifique de la démarche.

Par exemple le fait que les chamanes fassent des danses de la pluie, ou invoquent les esprits des animaux des bois ne me déplaît pas, et quand je peux dire que leur démarche n’est pas scientifique, cela ne signifie absolument pas que je ne puisse pas l’apprécier pour tout un tas d’autres raisons (c’est beau, c’est culturellement intéressant, c’est intuitivement surprenant etc.).

Je pointais donc le fait que ce qui fait la démarche scientifique n’est pas une qualité attribuée à des personnes, c’est une propriété qui fait référence à une méthode, et qu’on appelle par convention « scientifiques » des personnes qui appliquent parfois cette démarche dans certains domaines, mais on peut constater par ailleurs qu’elles s’en abstiennent parfaitement bien dans d’autres.

Que ce ne sont donc jamais les personnes qui sont « scientifiques », mais uniquement les méthodes appliquées concernant l’approche de la connaissance des phénomènes.

1 J'aime

1 J'aime