Contre pouvoir à la technique

Contexte

Les tech ont besoin de certains pouvoirs pour pouvoir assurer le fonctionnement de l’écosystème.
Qui dit pouvoir dit possibilité d’abus.

Prémisses de solutions

Si la licence forgeron implique un certain nombre de comportements (comme ne pas refiler ses clefs à un tier), il me semblerait utile de pouvoir destituer du status de forgeron une identité.

De même, vu le pouvoir du comité technique, si la confiance en un de ses membres s’effondre au sein de la communauté, mais pas au sein du commité technique, il me paraîtrait utile que la communauté puisse destituer des membres du commité technique sans avoir besoin de faire pression humainement sur le commité technique pour qu’il le fasse.

Je pense aussi qu’il faudrait une licence (ou charte ou serment) pour les membres du comité technique.

Autant il me semble pertinent de protéger le droit universel à produire son DU en tant qu’individu (donc protéger les membres de l’exclusion lors de paniques communautaires/mouvement de foules/de cyber-harcellement), autant pouvoir révoquer les pouvoirs supplémentaires accordés notamment aux tech qui abuseraient de leur pouvoir me semble utile.

Dans une certaine mesure, politiquement retirer un statut pouvant servir à légitimer des prises de position publique à quelqu’un qui aurait des prises de position trop dissonnante avec l’avis de la communauté me semble utile aussi (exemple, si un membre du commité technique promeut de manière publique et enregistré génocide, torture ou autres actes de barbarie, même si ça n’a rien à voir avec la technique, cela impacte-t-il la confiance en sa capacité à faire des choix pertinents techniquement ? et cela impacte-t-il la confiance que l’on a à ce qu’il se serve du fait de faire partie du comité technique pour donner du poids à ses prises de parole publique ?)

Pour autant, il me semble pertinent qu’il ne soit pas possible de révoquer trop de tech d’un coup pour éviter une attaque qui mettrait à mal le fonctionnement de la blockchain G1.
Par exemple : impossible de révoquer/destituer une nouvelle identité si 1/3 des identités de ce type ont déjà été révoqués au cours des 7 derniers jours (donc on ne peut pas perdre plus d’1/3 des forgerons en une semaine, ni plus d’1/3 du commité technique en une semaine).

Si jusque là on est globalement d’accord sur le principe, reste la question de qui peut destituer, et comment.

Questionnements ouverts

L’ensemble des membres avec un quorum élevé ?
Une assemblée tirée au sort parmi les membres, avec un quorum plus faible ? (et une durée de mandat déterminée, renouvelé au tier par exemple ? et la possibilité de refuser son mandat pour que quelqu’un d’autre soit tiré au sort ?)
Autre chose ?

Un quorum plus faible, mais qui augmente si des votes contre ont lieu, et avec une durée minimum avant de pouvoir valider le vote pour laisser le temps aux opposants de faire entendre leur voix ?
Par exemple, pour chaque vote contre, le quorum de pour nécessaire augmente de 3 ou de 5.
Éventuellement la durée pour voter peut augmenter aussi avec les votes d’opposition tant que ça ne permet pas de bloquer à l’infini.

Rythme et format du fil de discussion

J’ai limité à une intervention par personne par 12h pour favoriser la diversité de points de vue et la réflexion et éviter les ping-pong entre personnes en désaccord ou qui ne se comprennent pas.
Si vous cherchez à comprendre un message qui vous semble obscur, proposez une reformulation en MP à l’auteur et discutez-en jusqu’à avoir une reformulation qui convient et à l’auteur et à vous-même. À ce moment-là seulement, l’invitation est que l’auteur du message reformulé édite son message pour y insérer la reformulation en tagant la personne qui a produit la reformulation.

6 Likes

Admettons que lorsque l’ on propose publiquement une modification du projet, nous précisons une somme de junes necessaires à sa réalisation.
Elles sont soit versées aux réalisateurs, soit redistribuées à échéance et ce n’ est pas la hauteur de la somme collectée qui compte mais le nombre de membres donnateurs qui justifie la priorité évidemment, ils accordent eux même la libération de la collecte qu’ elle soit versée ou bien redistribuée en cas d’ abandon.
Tout le monde est là en capacité de lire et discuter au sein de chaque projet.
On en revient à un protocole de modération nécessaire qui pourra être le nombre de signalement par des membres certifiés et puis tout ça sans contrôle central.
Procédé dont s’ inspira toute les plateformes qui souhaite une vigilence générale de tous par tous, mettant aussi en valeur l’ identité unique de la wot.

Est-ce-que ces actions ne sont pas aussi voire plus importantes en terme de poids dans la gestion commune, c’est à dire une compensation du rapport petit/grand-nombre suffisemment élevée pour dissourdre tout déséquilibre utilisateurs/technique dans une monnaie libre à dividende universel ?

Ssi maintenant la question est qui peut détenir les “clefs du coffre”, dans l’ absolu je dirais personne en particulier et c’est le même procédé ainsi aussi encore que la wot qui le permet.
Tout le monde a un morceau de clef puis selon le caractère des actions, une portion est répartie.
Si c’est une action aux 3/4 il y a 1,25 clefs en tout, à la majorité 5/5 = 2 en tout, aux 2/3 = 1,1/3.
Pour la modération celà pourrait être 5/1oo ème des membres certifiés utilisateurs de l’ action = 95 clefs (configuration >2 pemettant ici fermeture/réouverture/fermeture 29 fois)

Je pense qu’il faut sécuriser aussi l’information avant le vote, peut-être il faut tirer au sort des gens proches de la personne concernée grâce à la toile de confiance, et avoir du contradictoire.
Et peut-être selon les situations ça pourrait être assemblée tirée au sort ou quorum élevé, , jugement majoritaire, etc…

Et qui décide dans quelle situation on est ? On peut tourner en rond longtemps sur ce genre de sujet.