Etrillum restaurant en monnaie libre Ğ1


#21

La limite ne se situe pas là. Je suis bien sûr d’accord qu’on peut mesurer ces productions en Ḡ1.

Mon propos est celui-ci : je suis capable aujourd’hui en monnaie dette € d’évaluer le prix d’un bien ou d’un service. Avec Ḡ1, je perds mes repères. Ma petite technique est de me ramener à mon temps de vie. Le prix d’1 ou 2 DU journalier pour un repas au restaurant me semble correct a priori : je ne pourrais pas le faire tous les jours sous peine de ne plus pouvoir acheter autre chose (à moins d’avoir des recettes de ventes par ailleurs). À titre exceptionnel pourquoi pas.

Maintenant si je me pose la question d’évaluer en Ḡ1 la production de la TRM par exemple… Est-ce que je vais évaluer le nombre de jours de travail de @Galuel pour mettre en forme et rédiger le document ? Cela me paraît bien trop restrictif. Il y a la part de création, d’invention. C’était la limite de mon raisonnement.


#22

L’approche progressive dans ce cas offre une excellente méthode offrant peu de risques. Par exemple le tenant d’un restaurant pourrait accepter d’offrir des repas contre des Ğ1 pour un prix estimé par lui, dans une part limitée, par exemple 2 repas / mois, ainsi il initie progressivement un passage vers une économie Ğ1 en démarrant doucement.

Ce n’est que quand d’autres fournisseurs offriront eux mêmes des biens ou services, ou autre chose encore, des ğvaleurs, qui l’intéressent, qu’alors il offrira 4 repas / mois, pour obtenir un peu plus de Ğ1 afin de s’offrir plus de ces valeurs ou ğvaleurs qui l’intéressent.

Ainsi la méthode progressive éliminant les risques trop importants offre un chemin facile à suivre.


#23

@nay4, excellente initiative qui permet de se projeter !
Si je passe sur Nantes, je passerai aussi te voir (et manger !).
J’aimerais savoir par curiosité si tu sais à l’avance ce que tu feras de ces DU une fois que tu les auras sur ton compte ? As-tu déjà imaginé un réseau ou d’autres personnes à qui acheter des services en DU ?


#24

Je n’arrive plus à suivre, il y a trop de posts ces derniers jours, donc pardon si cette variante de l’idée à Stéphane a déjà été présentée :

  • proposer un prix coupé en deux ; par exemple, un menu à 16 euros est ramené à 12 euros (-25 %) + 0.5 DUğ1 ;
  • puis, progressivement, passer de -25 à -30 %, etc. pour arriver un jour à -100 %.

#25

je confirme l’analyse de cuckooland. pas encore membre actuellement (j’étais sous Gtest mais pas possible de s’inscrire pour l’instant cf. trop de demande ; c’est en cours de résolution j’ai vu un topic là dessus), j’ai ouvert aussi un portefeuille G1 pour ma société KELCLIM pour qu’elle puisse accepter un règlement en monnaie G1.
J’ai la même analyse à savoir qu’avec une nouvelle monnaie entre quelques membres utilisateurs pour l’instant, son usage sera limité au démarrage. Il m’était donc apparu nécessaire de mixer les réglements G1 et euros. Réglement G1 limité pour l’instant sur la partie main d’oeuvre, le matériel étant réglé en euros.


#26

Pourquoi pas, cela diminue d’autant plus la TVA. :stuck_out_tongue:


#27

Gros sujet que la fiscalité pour les entreprises. L’entreprise produit de la valeur, et une partie de cette valeur est collectée par le trésor public pour servir l’intérêt général (normalement, ou du moins c’est le but affiché), Je ne vois pas en quoi le fait d’utiliser une nouvelle monnaie nous exonère de collecter cette taxe. Elle sera simplement collectée en G1.
D’où la question que je me pose au sujet de l’utilisation de cette monnaie, comme de toute autre monnaie non conventionnelle,
Au niveau d’une entreprise : Cette monnaie G1 est elle à considérer comme une véritable monnaie ???
Je produit de la valeur en G1. L’état me taxe sur cette valeur ajoutée.
Première hypothèse, je verse cette taxe en G1 (l’état reconnait cette monnaie comme une véritable monnaie).
Deuxième hypothèse, l’état n’accepte pas les G1 que j’ai collecté pour lui. Et là c’est le dilemme.Si l’état me demande autre chose que des G1, et me donne une valorisation euro à régler, c’est qu’il introduit de fait un taux de change entre G1 et l’euro, et donne de fait une existence légale à cette monnaie. ou alors il me redresse en considérant que j’ai fait du black, il reconstitue ma trésorerie et son bras armé du trésor public s’abattra sur mon pauvre sort (Ok je sors, j’en fais trop). Sur le black, je peux montrer avec des transactions établies sur G1 que ce n’est pas du black, que j’ai été rémunéré en G1, que j’ai collecté des G1 pour la TVA… Mais les voies du trésor public sont impénétrables dans sa capacité à accepter ce qui ne sort pas de la sacro sainte maison mère de Bercy.
Faut-il dans ce cadre là alors se protéger réglementairement en ouvrant une association loi 1905. la partie valorisée dans une monnaie qui n’existe pas aux yeux de la puissance publique, est gérée dans cette association qui a 2 comptabilités. une en euro, avec zéro, et une autre où on s’échange des images, des coquillages… et des G1 ?
L’entreprise que je suis croit dans ces monnaies libres pour l’émancipation des peuples, pour une nouvelle économie plus sociale et responsable, pour une économie réelle et non financiarisée à l’extrême. Mais cette entreprise se méfie aussi des freins qui seront mis pour contrer son développement, car il nuira forcément tôt ou tard aux puissants de ce monde. Il nous faudra anticiper, inventer, et toujours chercher à avoir une longueur d’avance.


#28

Cruel dilemme, mais ta réponse est très intéressante. Je n’ai pas de réponses à apporter. :confused:


#29

A bien y réfléchir, il faut quand même un peu de main d’oeuvre en euros si on veut appliquer la TVA au taux réduit. Avec uniquement le matériel vendu en euros, et la main d’oeuvre en G1, le matériel est automatiquement à 20% de TVA. Je parle pour le bâtiment. La restauration, je ne connais pas.

Etrillum sous G1, maintenant Kelclim. d’autres entreprises vont peu à peu s’insérer dans ce modèle, et pour sûr ce sera un vrai sujet de discussion. L’enjeu est immense car il peut conditionner l’adhésion ou non à ce type de système monétaire, et conduire soit à une utilisation entre quelques passionnés (dont je suis), ou au contraire à s’étendre de façon virale dans l’ensemble de l’économie (là où il faut aller pour le bonheur du plus grand nombre).


#30

Non, tout est à faire… mais la toile va mettre beaucoup de temps à s’étendre, d’autant que je suis seul à Nantes à pouvoir certifier. Je vais vraiment commencer à en parler après les RML du Havres, j’utiliserai sûrement les premiers DU en services en ligne auprès de la communauté libre (hébergement du site par exemple…).[quote=“cuckooland, post:24, topic:2145”]

  • proposer un prix coupé en deux ; par exemple, un menu à 16 euros est ramené à 12 euros (-25 %) + 0.5 DUğ1 ;
    [/quote]

Oui, pourquoi pas, ou bloquer le nombre de repas en ĝ1 ou autre chose, mais encore une fois ça va démarrer tranquillement donc…

@gdangin En ce qui concerne la fiscalité des entreprises je ne me fais aucunes illusions, les revenus déclarés en ğ1 seront imposés en € d’une façon ou d’une autre…
D’ailleurs je vois mon comptable bientôt, il parait que quelqu’un chez eux connais les BitCoin…:laughing:

En tout cas le plus important c’est qu’une monnaie libre soit lancé, que des comptes “membre” et “non-membre” l’utilise, le reste suivra…


#31

Il n’y a pas de “discussion” à tenir sur ce sujet. La monnaie de cet Etat auquel tu fais allégence n’est pas Ğ1 c’est une autre valeur économique de référence. Tout ce qui n’est pas cette monnaie choisie par cet Etat qui est gérée par un monopole privé qui fait de l’abus de position dominante, est considéré comme étant une valeur économique, tout comme des tabourets, un cours de mathématique ou un logiciel.

De sorte que quand tu réalises un échange “ceci contre x Ğ1”, selon cet Etat qui a adopté une monnaie monopole privé qui est sous le coup de la Loi et de la Constitution en pratiquant des abus de position dominante, tu réalises ce qui s’appelle déjà un échange marchandise.

Par exemple quand tu offres GNU/Linux contre un bon repas chez ton partenaire de restauration, tu réalises un échange marchandise, exemple que cet Etat estimera selon une comptabilité que tout le monde GNU sera très intéressé de connaître et analyser en détail.


#32

Galuel

En préambule je ne fais pas allégeance à la monnaie Euro, j’y suis contraint ; nuance. Ce pourquoi je suis ici.
Les échanges G1 vont monter en force tranquillement, donc on regardera comment s’adapter. Dans un premier temps je pense que ce sera très minime donc pas nécessaire de se tracasser à toute une gesticulation comptable pour quelques dizaines ou centaines d’équivalent € pour l’état.
Lorsque cela montera en puissance, effectivement qu’il faudra se caler dans les petits souliers de la fiscalité sans quoi son couperet sera rude.


#33

Je pense que la question se posera côté Etat, car comme dit Galuel, ce n’est pas de la monnaie mais une valeur économique. C’est seulement quand l’état se rendra compte de la perte de TVA et autres taxes liés à ces échanges-là, alors il devra probablement revoir ses lois pour taxer ce type d’échange-là. Mais jusque là, il n’y a pas de question à se poser, je pense. La balle est dans le camps de l’Etat, on verra quand il réagira.


#34

Il y a aura en effet un procès contre la monnaie qui fait des abus de position dominante, et l’Etat sera bien obligé de se conformer à la Constitution et revoir de fond en comble tout son fonctionnement dévoyé.


#35

bon idées cuckooland , un % de reduc correspondant à un nombre de Dug ça permet d’y aller en douceur !


#36

Pour en revenir au sujet de la fixation d’un prix, l’idée de se référer au temps me parait intéressante, notamment au temps passé pour confectionner l’objet de la vente. Le DU étant de 10Grains par jour, ça fait environ 0,42Grains de l’heure. S’il faut une heure pour confectionner 1 repas, celui-ci peut être facturé 0,42Grains, plus le prix de la matière première, qui dans un premier temps, si elle a été payée en monnaie dette, peut être facturée en monnaie dette. Mais on peut/doit aussi considérer la compétence, qui sera aussi difficile à évaluer en Grains qu’en monnaie dette…
C’est juste une piste de réflexion…


#37

la création de la valeur économique non libre par le credit bancaire correspond aujourd’hui à une production de 20 €/jour/individus européen.
Par analogie la valeur economique libre Ḡ1 est produite par 10Ḡ1/jour/individus membre.
d’ou la correlation possible (selon moi hein) de 1Ḡ1 équivalent à 2 €.


#38

Bonjour,

Pour information, d’où tires-tu ce chiffre ?

Attention : les mesures en € laissent de côté de nombreuses valeurs.
En les incluant, la production par individu et par jour serait peut-être de 30, 40 ou 100 €, ce qui fragilise le raisonnement.

Après, chacun procède comme il a envie. On peut chercher ou pas à se référer à l’€.


#39

Oui, ça parait compromis quand même. Car expérimenté, tu mettra probablement moins de temps à produire des valeurs que non-expérimenté, selon le domaine.

J’ai beau chercher comment faire, je n’ai pas de repères personnels pour le moment pour estimer en Ğ1 ni en DUĞ1…

Intéressant mais est-ce pertinent de comparer la moyenne de la création monétaire/citoyen centralisée de la zone € toute entière avec la production de Ğ1 actuelle?

Je chercherai de manière plus assidue mais, quelqu’un a-t-il vu les données de la masse monétaire en Francs jusqu’à 1999? Pour avoir une idée de la moyenne monétaire sur un territoire national, ce qui pourrait aussi donner des infos différentes.


#40

Vends n’importe quoi, aux enchères.