La liberté des choix

Remarque préliminaire : vous avez la liberté d’utiliser ce post pour parler de l’éthymologie des mots, de démocratie ou d’organisation décentralisée, Je vous conseille cependant d’utilisé le forum d’ 1FP pour parler d’éthymologie, le forum de Diem25 pour parler de démocratie et le forum de DAO pour parler d’organisation décentralisée.

La trm étant basée sur la liberté des choix, ça me fait plaisir de vous faire connaitre ce texte de Deepak Chopra.
La question du libre arbitre opposé au déterminisme est colossale, bien sûr.
tiré du “Livre des secrets”.
…que vous ne manquerez pas de commenter, ou vous voudrez ! ou pas !
:slight_smile:

Joli topic ! Le “Livre des secrets” est fermé par son titre et introduit à cette notion qu’il faut un paradoxe - un objet cause, l’appelle-t-on - pour constituer le référentiel d’un système de relativité. Pour la TRM c’est l’espèce humaine et ses espèces d’individus. Quant à grille de lecture de sa problématique, elle est fournie par le problème des Trois Producteurs, qui nie l’idée de valeur commune. Insérer la notion de choix n’est pas superflu, puisque ce sera le déterminant des valeurs relatives. Pour information, le problème est traité par celui des Trois Prisonniers (lequel, on le sait, mène à l’algorithme de la relativité générale, dont j’ai exposé ici la description (damned ! il va me falloir savoir comment on fait un quote d’un topic à l’autre - celui dont je parle est “Théorie des procédures de certification d’identité”)) https://jeanzin.fr/ecorevo/psy/tempslog.htm . Pour ces trois prisonniers, le choix réclame de chacun un besoin, nommément le besoin du point de vue de l’autre. Rapporté aux trois producteurs (qui cherchent à produire un bien, à la place de leur liberté) on a l’impression que ce besoin primaire, pour la fonction du système, est établi par la concurrence (c’est à dire un mix entre les XYZ et ABC - http://trm.creationmonetaire.info/probleme-des-trois-producteurs.html ) . Nous trouvons bien la nécessité de la quatrième dimension, temporelle, qui s’institue d’un sophisme quand le temps approche zéro.

Ha bon ?


Vous pouvez naviguer sur le forum pendant la rédaction, et dès lors faire des citations comme d’habitude. Vous pouvez d’ailleurs voir dans le code de votre message que le n° de topic est inclus dans la citation. Exemple :

Je n’ai pas réussi à faire un quote de A(a) - c’est à dire d’un extrait ‘a’ d’un topic ‘A’ - en topic B
(en l’occurrence une partie du post N°30 de topic " Théorie des procédures de certification d’identité "vers celui-ci précisément ici-même) mais je sais que c’est possible

en attendant de trouver (je cherche) [quote=“cgeek, post:3, topic:926”]
qui nie l’idée de valeur commune

Ha bon ?
[/quote]
je précise que le quote “…nie l’idée de valeur commune…” est cité avec sa référence - il s’agit [quote=“ZKelper, post:2, topic:926”]

(je m’entraîne d’ailleurs à quoter sur place)…
pour avancer toutefois je recentre la question sur cet algorithme émanant d’un “Temps Logique” - lequel à propos de pluridisciplinarité, tombe bien, en comparabilité à la question du temps avec la TRM.
Le Temps Logique “psy” est décrit suivant une situation de trois prisonniers identique à celle de trois producteurs. Et dans la version psy de cette modélisation, le travail du choix est intégré.

j’essaie à nouveau un quote trans-topic (c’est un essai/test)

ça marche - en fait… ça ne transporte pas l’image
https://forum.duniter.org/uploads/default/original/1X/ce1659e206e5de1a55bb7d872576a568826e9e91.gif
qu’il faut copier-coller indépendamment

(bref l’image en question qui formule la Relativité - au cas où on aurait un intérêt à approfondir la chose)

Il serait fort étonnant que la “négation de l’idée de valeur commune” aboutisse à la conclusion qu’une monnaie libre, monnaie commune entre les hommes, soit solution. Il y aurait là une contradiction de fait.

En terme de raisonnement logique il convient de comprendre que :

La reconnaissance du fait que tous les triangles ne sont pas rectangles, n’est nullement en contradiction avec le fait qu’il existe bien des triangles qui eux sont rectangles.

L’étude de ces triangles rectangles ne nie en rien l’existence de tous les autres triangles.

Mais par ailleurs l’étude de ces triangles particuliers, existants bel et bien, qui ne nient en rien l’existence de tous les autres triangles, peut aboutit à la conclusion qu’il est possible grâce à leur étude de retrouver facilement une formulation simple du calcul de la surface pour TOUS les triangles.

Donc comprendre le fondement de l’étude des trois producteurs de la TRM, comme étant une hypothèse de fondement qui concernerait “toute l’économie” (en tant que fondement donc, croire que les 3 producteurs représenteraient “tous les producteurs”), c’est avouer que l’on a pas compris le début du commencement de ce qu’est la TRM.

1 « J'aime »

Lorsque la démonstration de la TRM énonce que «…aucun des biens ou services produits ne peut servir de mesure commune. C’est bien là le point fondamental…» ( in http://trm.creationmonetaire.info/probleme-des-trois-producteurs.html ) , elle énonce à sa fondation une logique des quanteurs qui est de longue date (Aristote à Pierce, à Lacan) et qu’elle va tâcher enfin de résoudre. Elle est si difficile à comprendre pour un grand nombre ( on fit le reproche à Lacan de prendre les gens pour des c… mais on comprendra qu’il dénonçait l’aliénation du transfert qui s’attache au ‘sujet supposé savoir’ et contribue à l’ignorance d’une passion ) qu’il a fallu la formuler dans le psychisme, afin de pouvoir établir des prémisses d’équation. La psychanalyse de ces quanteurs montre qu’ils se résolvent dans une seule fonction positive qui soit - qu’elle nomme “fonction phallique” http://www.lacan-universite.fr/wp-content/uploads/2011/05/THEORIES-DE-LA-CLINIQUE-12.pdf . Elle aura procédé pour aboutir à cette conclusion, comme la TRM aura procédé au choix de l’individu pour référentiel.
Tandis que la TRM s’appuie sur le problème des Trois Producteurs, la psychanalyse aboutit à ce même résultat en partant de l’exemple des Trois Prisonniers. Et tandis que la première résout son exemple par la monnaie libre, la solution des trois prisonniers met l’accent sur le désir (ici le topic du “choix”). C’est à proprement parler la notion de valeur dans toute sa dimension que cette seconde présente donc à l’examen de la première. Elle offre cette présentation avec la fonction elle-même de la relativité qu’elle déchiffre par un algorithme http://www.lasainteethique.org/leparti/2016/htm/20160521102400_TRMetSARTREetLACAN.html#20160608000700 ; elle va donc pouvoir contribuer à la formulation de la dynamique des flux économiques - c’est à dire le consumérisme.

Admettons. Et alors ? En quoi cela concerne-t-il au début, au milieu ou à la fin, la réalisation d’une monnaie libre P2P ?

La question équivaut à demander en quoi l’aérodynamisme concerne une réalisation de vol libre. L’histoire nous informe que la formulation de la portance (les flux dynamiques de l’air) n’a été envisagée qu’en 1920 quand les premiers avions dataient de 1900. Au début on s’envolait au pif mais on a vite été concerné par le milieu (fluide) de ces évolutions dynamiques. Ce n’est donc pas une plaisanterie de demander en quoi la dynamique économique concerne la réalisation d’une monnaie. D’une dynamique économique résulte une industrie si le mot (qui nu ment) se vêt de la signification ; et la signification se tresse au chiffre de la finance. Si une monnaie, fut-elle libre et P2P, est aussi concrètement importante que de voler en l’air, il faut donc détailler le motif de l’économie psychique, si on ne veut pas s’en tenir aux avions qui volent sans qu’on sache pourquoi. On entre dans le détail qui pénètre les lois mentales à l’origine de la distribution de l’argent* :
Le P2P est un mode relationnel attaqué. Il est au principe de l’Internet qui ne cesse d’y opposer une centralisation. Un paradoxe demande “Pourquoi?” ; l’analyse répond du schéma https://forum.duniter.org/uploads/default/optimized/1X/9409296e5ce2d2b0163ac46577e9ea2e33597afc_1_690x316.JPG où l’on voit la relation P2P écrite (en “relation imaginaire” entre a et a’). On en trouve une description plus détaillée dans le forum Théorie des procédures de certification d’identité . Ce schéma met l’accent sur le ‘produit’ de ladite relation et ce n’est pas ce qui concerne au premier plan un réseau Internet de liberté, d’abord concerné sur le partage et l’éparpillement (décentralisation). Mais à ce chef il renseigne sur les résistances au développement du réseau, qui ne tiennent pas qu’au fait que les gens soient méchants ou cupides. La relation duelle (a-a’ ; P2P) aux prémisses de ladite trine (trois producteurs, trois prisonniers) le montre de sa structure.
Cependant troisièmement et non des moindres, l’agressivité, terrible et portée à l’extrême dans la catégorie humaine qui attaque immédiatement le moindre étranger ou occupant de son territoire, concerne évidemment l’accueil qui est fatalement fait à toute réalisation, notamment celle d’une monnaie libre. Il serait fâcheux qu’à la fin de sa réalisation elle n’eut pas évalué cette agressivité qui interdirait forcément sa réussite. Si on voulait nuire à la monnaie libre, on la développerait en négligeant ses charges de corruption (comme si on voulait faire voler un corps en négligeant la force de gravité). La réalisation pratique d’une monnaie, réclame un exercice psychologique spécialisé - ce qu’intuitivement les busons qui usent de la propagande ont toujours employé («Employez mes monnaies, sinon Memmon vous la met sur le nez!» http://www.dailymotion.com/video/x2puedj_la-trm-pour-les-enfants-presentation-sozi-v-1-0-0_school min: 12:31). Mais au lieu d’employer l’hypnose, comme la psychanalyse est la branche de la psycho qui déchiffre l’intégration de la relativité dans le mental humain, elle est particulièrement affine à l’examen de ce climat d’agressivité. Elle ajoute par conséquent, à la connaissance de la monnaie comme chose, et à sa structure, son intelligence d’inscription.

( * synth: http://www.lasainteethique.org/leparti/2016/htm/20160521102400_TRMetSARTREetLACAN.html#20160612095700 )

C’est un parti pris causal. A contrario, c’est bien le code monétaire utilisé qui engendre des réactions humaines dépendantes.

Donc à moins de démontrer la validité expérimentale du parti pris causal, tout ceci n’est que spéculation et non science.

Science sans expérience n’est que ruine de l’esprit.

L’esprit (Shen), porté par le coeur, en médecine chinoise, basée sur plus de 2 000 ans d’expérimentation est lésé par l’absence de joie.

2 « J'aime »

“Living matter, while not eluding the laws of physics as established up to date, is likely to involve other laws of physics.”

~ Erwin Schrödinger, "What is Life?; Order , Disorder and Entropy"
http://crackingthenutshell.com/answers-to-test-deepak-vs-erwin/

Le direct de Galuel qui tape au parti pris causal, réclame la validité expérimentale de l’esprit, puisqu’il termine sur ce typique parti pris (l’esprit). Mais évidemment c’est un retour et quand on se sert de ce qu’on critique, il faut y voir un mot d’esprit. Dans la science de l’esprit, on trouve qu’il se cache, pour éviter la ruine, dans l’intuition. L’intuition elle-même est fugitive et élusive, mais on en trouve quelques illustrations brillantes. Une des meilleurs se trouve dans une conférence de S.Laborde https://youtu.be/2Cm9zeCeHfs qui dure 2:25:10. L’intuition est très brève lorsqu’elle se présente à la pensée - on peut prendre cette conférence comme une illustration de la pensée. Ce qu’on appelle le mental pensant. Et à un instant quelque chose se produit, dit son mot, et se dédit aussitôt, disparaît. Telle est la manière typique dont l’intuition paraît ( à 01:12:47) - l’épisode dure 45sec à peu près. Cet épisode suggère que la liberté - de la monnaie, des choix, des humains - ne se produirait pas sans l’aide de quelque machine. Une machine, peut-on dire, est le “nectar” de la “matière ouvrée” (selon les terminologies de Marx à Sartre) c’est à dire le motif de la valeur. On comprend donc l’intervention de l’intuition. Mais s’il faut la suivre nous devons toujours revenir à nos bases raisonnées. Le problème des Trois Producteurs et sa version psychologique des Trois Prisonniers trouve avec Sartre (sans qu’on sache si c’est ce qui lui valu le Nobel qu’il refusa) sa définition dans la réciprocité. Ce que nous savons à présent, c’est qu’il faut qu’un des trois se mette en quatre. C’est à ce stade que la matière est introduite dans la raison économique, permettant d’évaluer une monnaie dans une praxis.

Non. La matière n’entre nullement en compte, et il ne faut pas non plus de “machine”.

Ainsi une monnaie libre peut parfaitement se déployer sans matière et sans machine. Le fait de choisir matière et machine pour le faire n’est qu’une option, laquelle option qui plus est ne définit aucune matière spécifique ni aucune machine spécifique pour ce faire.

De la même façon le déploiement de la démonstration du théorème de pythagore ne dépend ni d’un support particulier, ni d’une machine particulière. Il est possible par contre de le faire sur la base d’un support (ex un manuscrit), ou de machines (ex sur un réseau informatique) mais cela ne reste qu’une option, non-nécessaire, superflue, et sans conséquence aucune sur le théorème lui-même.

L’approche matérielle est erronée à la racine. Donc non au début, non au milieu, non à la fin.

L’argument oui/non est à la base de la relativité. Dans la TRM il existe un fondamental, “seul sans l’homme rien ne va”, et aussitôt après, l’argument suivant est “tout homme est mortel” impliquant qu’il faille faire sans l’homme. Ce n’est pas du Raymond Devos, c’est de l’absurde absolu. C’est pourquoi il est fait appel au sémanticien lorsque la TRM déclare : l’Homme est le référentiel et tous les hommes disparaissent au terme d’une durée de vie. On distingue un grand “H” et un petit “h”. Ce n’est pas extravagant ni nian-nian, c’est un grand classique de la culture, philosophie et civilisation. Pour référence voir au commencement, “le Un et le multiple” des égyptologues, des mayas, de monothéistes, des mathématiciens etc… C’est un fondement de l’existence et de l’économie. Cependant, c’est si fondamental qu’en traiter à la légère serait… lourd. Il faut au moins faire cas du mode distinguant l’Un des uns. On revient et s’applique donc à la fonction trine, des trois prisonniers, des trois producteurs également dénommé “réciprocité” par le marxisme sartrien et la psychiatrie humaniste. Parce que ce trine - qu’on trouve jusqu’au ‘codon’ tréfonds de la génétique/ADN - résout l’équation “H : n*h” .
http://www.lasainteethique.org/leparti/2016/htm/20160521102400_TRMetSARTREetLACAN.html#20160619154900
De l’aveu desdits marxistes, leur réciprocité tourne à la destruction de l’homme par l’homme (ou de l’Homme par l’homme). Il faut se tourner vers la psychanalyse pour trouver une solution. Vite fait la reconnaissance de l’homme par la machine ; c’est le fondamental de l’ordinateur, Test de Turing et machine universelle (l’ordinateur n’est pas une machine “spécifique”, ni la matière première une matière ouvrée ; il n’y a aucune spécificité recherchée dans la référence de base de la relativité). Mais la logique qui passe du oui/non à l’économie nous retient. C’est la psychanalyse qui l’a déchiffrée dans la topologie. En bref - et à la Devos « de l’Un, le bord omet un » - il s’agit d’un nœud (Borroméen) aussi classique que le “Un et le multiple” et dont le traitement montre qu’il se traite par une mise en quatre. J’ai fait un schéma à la vidéo pour montrer ça, ce sera plus facile et rapide - l’utile étant de retenir que c’est avec l’apparition d’un de ces quatre angles que la matière entre dans la résolution de l’équation. Ensuite qu’elle soit ouvrée participe du processus secondaire qui la mène jusqu’à la machine, d’où seulement alors le mot naît.

N’importe quoi. Tout est faux ! La TRM n’est pas comprise du tout, et ces digressions ne vont nulle part, si ce n’est tenter d’amener à un matérialisme éculé (Marxisme théorisé ou équivalent), qui n’a rien à faire avec la TRM.

Je suis d’avis de clore ce fil. Donc je le clos. C’est suffisant. Il y a d’autres lieux sur internet pour épancher ses divagations maxisto-psychalinito-intellectuallistes… Qui n’ont pas lieu d’être sur ce forum. C’est bien du hors sujet complet.

Je démontre par la fermeture ce que signifie “liberté”, ainsi que “liberté du choix” : oui des hommes peuvent développer une monnaie libre, pendant ce temps que ces hommes choisiraient de suivre cette voie, les autres hommes sont parfaitement libre de leur propre côté de faire (et de dire) tout et n’importe quoi.

4 « J'aime »