Mathemagique de c, simple politique ou proportion divine?

Salut à tous,

préambule
Il y a une vieille idée que je n’ai pas prise très au sérieux jusqu’au moment ou j’ai commencer à l’écrire. mais qui peut être intéressante à partager, merci Hugo de m’y avoir inviter…

Pour vous parler de ce sujet commençons par oublier un peu la monnaie et concentrons nous sur l’aspect « point de symétrie spatio-temporelle ». vous l’avez tous ici constaté, ce point autour les 5-10%/ans qui nous permet de tendre vers la moyenne et d’en ressentir les effets en une demi vie.

le problème avec l’expression de c actuelle et qu’elle se fonde sur un modèle de demi-vie utile pour comparer les choses, mais qui ne peux pas expliquer pourquoi… Pourquoi on tends a cette vitesse , pourquoi pas 15,20 ou 30%.

pour les elfes dont la vie est en siècle, le c annuel est plus petit que le notre.
pour les loups dont la vie est légèrement plus breve, le c annuel est plus grand que le notre.
pour les éphémère dont la vie est si courte, le c annuel n’est plus représentatif de rien.

c, est une mesure anthropocentric, elle se réfère aux années solaire parce que c’est notre mesure usuel à nous humain. et mesurer un phénomène ca n’est pas l’expliquer

Pour expliquer pourquoi un phénomène il faut commencer par utiliser une unité de mesure relative au phénomène observé, pour nous c’est Ev. donc il faut fixer Ev=1.

N est discret parce que N est vivant

Ensuite, il s’agit de bien choisir l’espace: les êtres vivant sont des atome, il n’existe pas de 1/2 cellule, de fraction d’être vivant. l’espace est donc discret, et c’est une contrainte, mais c’est surtout la solution… :wink:

Démonstration

Je vais donc démontrer qu’il existe au environs de 6.409%/ans, très exactement a 10^(log(12)/40)-1 un point particulier de M. issue de la limite inférieur de N, et rapporté a sa demi vie, lorsque Ev(N) = 80ans.

Ceci en démontrant de façon discrete que N est grand (tends vers l’infini) parce que N est vivant. puis, en comparant sa somme cumulé M à la somme de Ramanujan 1+2+3+…=-1/12.
une fois cette proportion obtenu je résoudrais les calculs pour convertir le résultat obtenu en %annuel, mesure usuel des êtres humains.

N est grand parce que N est vivant

nous observons que le point de symétrie, peu s’appliquer aux elfes, loups, oiseaux, insectes, cellules, et aussi aux hominidé, disons a toute forme de vie que l’on peux modéliser par des individus ayant une espérance de vie (à peu prêt tout sauf le blob, parce qu’au jeu de la vie, c’est le blob qui confirme la régle :slight_smile: ). ces formes de vie, en plus de leur Ev, possèdent les qualités inhérente de la vie. C’est quoi la vie ?

Avant d’aller plus loin, je vous invite à vous renseigner sur LYFE : conceptualisation de ce « qu’est la vie » car j’axiomatise ici une propriété de N, sa propension a croître, qui, je tiens à le souligner, ne sort pas du chapeau. il faut l’admettre … mais c’est le seul axiome à admettre !

la propension à croître de N s’écrit par une somme :

N(t+1) = N(t) + x , avec x>=1 , (x accroissement de la population à l’instant t )

N est une série parce que N est vivant

pourquoi pas un produit N(t+1) = N(t) * x , x>1 ?
au sens mathématique le produit nous fait vite sortir de l’espace discret
Nous l’avons vue, il n’existe pas de demi cellule, il n’y a pas de % d’humains dans la nature, il y a des individus vivant ou mort nous somme contraint dans un référentielle discret par la nature atomique, quantique des individus dans N, des formes de vie que l’on observe… ( si on cherche le pourquoi )
Il faut aussi voir que la croissance de la vie n’est exponentiel qui si l’environnement n’est pas limité et encore, c’est l’homéostasie. le point quasi stable d’une population. mais ca n’est pas notre sujet

Notre sujet , N: une croissance non nul, minimal et exprimé dans un espace discret, c’est à dire +1

N n’existe pas sans cette propriété
N est grand par cette propriété
N est borné par cette propriété.

notre borne inférieur est trivialement x = 1
N1 = 1
N2 = 2
N3 = 3

sa somme cumulé :
M1 = 1
M2 = 1 + 2
M3 = 1 + 2 + 3

M(t) = 1 + 2 + 3 … + N(t)

et là… Math&magique on connais la somme de Ramanujan
1 + 2 + 3 + … = -1/12

Donc
M = -1/12

mais cette forme est plus explicite (tout depends si on veux compter en quantitatif ou relatif derriere )
Mt(t+1) = 12 M(t)

conversion en taux annuel

ce qui importe c’est la proportion 12, lors du calcul pour une demi vie, exprimé en année c’est 40 application du taux c tel que
M * c^40 = 12 M
c^40 = 12
40 = logc(12)
c = 10^(log(12)/40)
c ~ 1.064092865, t=40
c ~ 1.03154877005, t=80, ca, lecteur, c’est ton point annuel de super-symétrie :wink:

j’attire l’attention sur le fait que le 40 présent ici est un nombre qui réintroduis une unité (années), mais que 40 est en dehors du log :slight_smile: , c’est le redécoupage en année du taux, il vaut 80 si on l’applique tout les 6 mois pendant 40 ans ou 1 fois par ans pendant 80 ans

interpretation

le point de super-symétrie qui lie M(t+1) a M(t) ! une proportion naturelle qui vaut 12. que je considère divine parce que je la constate mais que je ne l’explique pas! Elle provient d’un seul axiome sur N et donc M ne depends que de N, pas du soleil, pas des mois du calendrier grégoriens ou de la vitesse du cesium :slight_smile:

N n’est pas seulement une population à l’instant t , N est une population vivante à l’instant t.
Lecteur, cette proposition te parait-elle difficile à admettre ?

pourquoi on converge a cette vitesse? parce que c’est la vie :slight_smile:

La somme de Ramanujan, c’est une loi des series (grand nombre, discret ). un résultat surprenant.
que j’accepte plus parce qu’il à fait ses preuves que parce que je le comprends. Cependant, si vous regardez la démonstration de cette formule math&magique. vous verrez qu’elle est faites de simplifications: un peu comme l’addition des naissances et la soustraction des morts. ce qui m’interroge profondément sur la façon qu’il a eut de comprendre ceci.

Avant de le formaliser j’avais un doute. je n’en ai plus. J’ai trouvé un c naturelle, c’est la vie:)
Prouvez moi le contraire !

vous l’aurez compris maintenant, je propose d’appeler ce point super-symétrie en reference a ce que la somme de ramanujan permet de prouver et pour le distinguer du point de « symétrie spatio temporelle »

Il est difficile d’accepter une constante artificielle quand on en perçois des naturelles
Je comprends que chacun regardes les choses à sa façon. il y a sans doute d’autre valeur de c qui soient naturelle. et puis j’ai peut être fait une grosse bourde ou une erreur qu’un matheux viendra corriger, affiner. c’est la vie :slight_smile:

la relativité était restreinte avant d’être générale, le temps de trouver le bon référentiel, celui ci est discret, parce que c’est la vie notre invariant, il y a des vivants et il y a des morts mais nous ne sommes pas 42% vivant, le référentiel continue peux mesurer l’observation. mais sa nature est discrete:) c’est la vie

Happy hacking

2 Likes

Le truc de -1/12 est utile pour certains calculs (comme en physique), ça ne veut pas dire que ça marche dans tous les domaines. Sans prendre de précautions on peut montrer tout et n’importe quoi avec ça. Il faudrait justifier pourquoi on peut faire ça ici.

La croissance de N n’est pas constante, donc forcer N(t+1)=N(t)+1 demande de prendre des intervalles de temps variables. Avec un intervalle de temps constant, est-ce qu’on a encore \sum_t N(t)=-\frac{1}{12} ?

Nous ne sommes jamais 100% vivants et rarement 100% morts. Un être humain en bonne santé contient plein de cellules mortes et d’organismes morts. L’état de mort cérébrale existe, et certaines personnes sont dans le coma et on ne sait pas si elles pourront se réveiller un jour : qui est vivant là-dedans ? Ça semble évident que la personne en bonne santé est plus vivante que la personne en mort cérébrale, qui est plus vivante que le cadavre, qui est plus vivant que le tas de vieux os. Ce n’est donc pas binaire.

Comment délimiter ce qu’est un « être vivant » uni, qui n’est qu’une colonie de cellules ? Ce sont des questions intéressantes mais la définition usuelle (certes floue) d’un être humain vivant n’est-elle pas suffisante dans notre cas ? En tout cas je n’en ferais pas un point central de l’argumentation…

3 Likes

peut importe l’état de decomposition du corps, si tu compte en generations, l’état est bien binaire car le mort ne peut plus se reproduire

si tu observe la mort des cellules d’un corps A ton sujet n’est pas A ce sont les cellules de A.

si 42% des cellule de A sont morte, la question importante dans le jeu des generation, c’est est-ce les 58% restante on une influence sur la prochaine generation… est-ce que 58% des cellules de A lui permettent de se reproduire ?

cette condition est binaire
si oui A est vivant
si non A est mort, que tu le soustrais à t ou t+1 n’a aucune influence vers l’infini

1 Like

pourrais tu présenter un graph’ avec des courbes ou des droites ?

simple politique ou proportion divine? ni l’ une ni l’ autre, celà s’ apprente plutot à du tatonnement tel qu’ avec des équations à de nombreuses inconnues et puis -1/12 était sensé reprénter l’ infini mais pas l’ indéfini tel que M/N donc faut voir le rendu graphique

L’ésperence de vie des hominidé a évolué et mais nous formons une chaine continue de generation entre nous.

tu peux faire varié Ev autant que tu veux, c’est mon invariant, je compte en generation. :slight_smile: c’est la vie.

la somme de Ramanujan permet de trouver le nombre de generation sachant N(t) . ou en tout cas un point limite de cette courbe, mais ce point est très intéressant je trouves , c’est la vie :slight_smile:

1 Like

tu peux bidouiller celui là

c’est exactement la meme courbe, à 6,409%

quand alice commence 90000 bob 10 et charlie 40, ca converge à la demi vie

ce qui est important ici, c’est que ce nombre, justement, n’est pas obtenue par tatonnement mais par une propriété de N et une seule… si on accepte que N n’est pas juste un nombre mais que N est vivant.
a travers cette axiome :
N(t+1) = N(t) + 1

est-ce que la June est constitué d’individus, ou est-elle constitué d’individus vivant?

c’est quoi N ?

c’est la vie !

oké merci j’ aimerai maintenant retrouver le graph accessible librement ( usage copie modif echange ) tel que celui que j’ ai fourni afin de l’ étudier

ps ton image ne considère abolument aucun renouvellement generationnel

Qu’est-ce que ca t’apporterais que je le fasse pour toi?

Pour observer l’effet de c, il doit sans doute y avoir une constante dans ton tableau que tu connais, et que je ne connais pas, quelle confirmation ca t’apporterais si c’est moi qui le fait? aucune

J’ai posté ceci pour éprouver une hypothèse, les tableurs c’est pas mon truc désolé

jmets quelle constante ? après jle poste

c=? ?

pardon si je suis un peu brouillon dans les explication

c = 10^(log(12)/40)
c ~ 1.064092865, t=40

mais si tu souhaites uniquement l’accroissement de c il faut faire -1

10^(log(12)/40)-1 = 0.06409 = 6,409% / ans

et tu vera que la masse M aura été multiplié par douze en 40 ans (et a population constante)

j’ avais testé avec o,o3/an, ta ‹ ‹ super-symetrie › ›

tous les six mois ?

pour modifier le tableau t’ as juste à changer le premier ‹ ‹ c › › du haut les autres suivront automatiquement

c’est pour une vie entière… donc ca converge moins vite et on ne le ressentirais pas en une demi vie.
Je trouve l’idée de la demi vie raisonnable.

Mais 3,154% me parait plus magique encore parce que lui viens directement de -1/12.

c’est la vie :slight_smile:

par an ou par equinoxe ? car là avec o,o3/an ça bug tel que la trm le prévoit

c’est le résultat posté en image audessus

ps/ jpréfererai vraiment que tu le modifie toi même, c’est un jeu d’ enfant jtedis

si tu veux le concept de demi vie
6,409%/ans

si tu veux le point sans la demi vie
3.154%/ans

1 Like

bein ouais mais ça ne converge même pas au bout de 13o ans avec ça, regarde

il parrait que l’ infini se cache dans le présent donc voyons ce qu’ on y peut faire

le N de cette expression n’est pas le N de la population que tu observe, cette expression prouve que N est grand, croit et est limité. celui ci c’est le N de la preuve

le N observé, une population réel est faite d’autres facteurs, bien trop multiples pour être modélisé mais elle à la propriété déduite de N preuve. non?

la population N observé évolue selon plein d’autres variables. les gens sont libre de choisir leur monnaie. l’environnement, … N observé sur lequel tu applique ce que tu as déduis de Npreuve, ne peux pas être modélisé mais on en connais quelque chose quand meme …

si on repars de zero:

Tu voit bien que M est une somme cumulé,

  • quel est la forme de cette somme cumulé ? depends de N
  • qu’est-ce que tu observe? N !
  • c’est quoi N ? qu’est-ce qui possède comme invariant « Ev »? sinon une forme de vie?
  • c’est quoi la vie?

Avec un seul prédicat sur ce qu’est la vie, je trouve ça …
si tu rajoutes des prédicats tu trouvera peut-être autre chose.
en tout cas cette règle m’explique pourquoi ca converge a cette vitesse, parce qu’est c’est une loi de N :
dans un espace discrétise, une croissance minimal non nul (+1) produis la somme de Ramanujan
t’est libre d’y voir une connection avec la vie comme je l’ai vue mais sache que si N croit, M est borné par cette propriété.

Mais laisse moi te poser la question autrement, pourquoi est-ce que la suite de Ramanujan me fait tomber entre 5 et 10%? c’est quoi ce qu’on cherche déjà ? la symétrie? la symétrie entre quoi? entre generation ?

ho tiens … une formule pour de compter les generations,
ca serait dommage de se dire « ca n’a probablement aucun lien » tu trouves pas? :slight_smile:

je suis pas un matheux et tout n’est pas très clair, si tu m’explique pourquoi je tombe si proche du point qu’on recherche, j’accueil volontiers ton explication.

le prédicat sur la vie je l’assume mais,
ais-je le droit d’utiliser la somme de Ramanujan ? ca fait 2 ans que j’hésites…
c’est intimidant n’est-ce pas ? je ne sais pas! mais j’observes que ca marche.

j’y peu rien si N(t+1) = N(t) +1 implique M = -1/12
j’y peu rien si M c’est la somme des morts et des vivants
j’y peu rien si le sujet « symétrie entre les être humains » est un sous ensemble de « symétrie entre les individus de n’importe quelle espèce »
j’y peu rien si la vie et la mort nourrissent la curiosité de notre espèce
j’y peu rien si d’autres humains ont déjà trouvé la réponse à cette question

mais ca semble être le cas et ce que je peux faire c’est t’expliquer pourquoi ca devrais t’intéresser

parce que N est vivant, N n’existe pas seulement a l’instant t, N a des ancêtres et des enfants.
M est limité par 1 + 2 + 3 +… et donc par -1/12

N est une série c’est pas juste un nombre, je sais plus comment le dire

je sais pas ce que ca veux dire et j’y peu rien…mais ca semble être le cas!

Pour répondre ce que c’est la vie… pas évident. J’essaye de répondre comme je connais un peu la biologie.

Aujourd’hui on a envie de dire, des cellules en bon état, mais même là, c’est pas évident. C’est quoi une cellule en bon état?

Deinococcus radiodurans est capable d’être sévèrement abimée, au point qu’on dirait qu’elle est morte la bactérie (ADN fragmenté en nombreux morceaux, sérieux dégâts), mais a des mécanismes de réparation si efficaces qu’elle arrive à se reconstituer et à « redémarrer »!

On peut imaginer que d’autres formes de vie pourraient faire ce type de choses, et que des formes de vie inconnues aujourd’hui pourraient même faire des choses qu’on n’imaginait pas. Comme se reconstituer de sorte à faire une cellule à partir de 5 cellules abimées (par exemple?).

Le lichen c’est quoi?
Un lichen sans champignon ou un lichen sans algue (ou cyanobactérie)?
C’est une sorte de forme de vie à symbiose quasi-obligatoire, c’est bien particulier…

Les arbres aussi ont énormément de cellules mortes, dans le bois, mais elles sont pourtant essentielles, et participent évidemment même mortes. On lui enlève toutes ses cellules mortes à l’arbre, il meurt.

La vie a été définie par des biologistes, il y a encore plein de débats là-dessus, c’est des entités capables d’une indépendance par rapport au milieu environnant, capables de se reproduire d’elles-mêmes, capables d’avoir des structures régulières et organisées, de perpétuer de l’information…

Il y a probablement eu des formes de vie avant la nôtre qui est une forme de vie à ADN, et dont on imagine même pas le fonctionnement. Il faut pas être ADNocentré non plus, dans l’absolu.

Certains pensent que certains virus pourraient être les lointains survivants de formes de vie qui étaient là avant les formes de vie à ADN (mais bon, c’est tellement brouillé par les milliards d’années d’évolution que c’est bien compliqué…

Le vivant c’est un assemblage pas seulement de cellules, mais de symbiotes souvent, ou d’anciens symbiotes (les mitochondries par exemple), ensuite de cellules, mais aussi d’autres éléments, du calcaire, de la silice, de l’os, etc…
Et puis il y a des unicellulaires géants comme les blobs (donc pas d’assemblage de cellules), des cellules connectées par des ponts cytoplasmiques ou d’autres moyens, les plasmodesmes chez les plantes, les hyphes des champignons qui ont tous les intermédiaires entre cloisonné et non cloisonné, etc…

Et puis, une plante à 90% morte va pouvoir encore se reproduire, et je ne parle même pas des lichens, qui ont des moyens de se casser en tous petits morceaux pour tomber et s’accrocher ailleurs.

Je crois si on concevait la Ğ1 pour les lichens, quelque chose de non-discret, et continu, conviendrait non?

oui il y a des espèces pour lesquels ca marche plus tout à fait pareils :slight_smile: , Dans les symbioses et autres relations entre espèces, j’y vois pleins d’analogies intéressantes avec un paradigme multi-monnaie.

Tout est discret et non discret à la fois, j’ai pioché la ou j’ai vue une réponses, rien de mystique mais c’est divinement beau.

La biologie est doué pour rappeler que le monde est multiple. je ne connais pas assez pour le lychens pour le modéliser, mais, si effectivement il n’as pas de Ev, alors c’est un autre modèle qu’il faut trouver car je ne pense pas que l’axiome utilisé puisse être généralisé plus:

N(t+1) = N(t) + x, x=>1 > comment tu simplifie ça? moi je sais pas faire plus simple, c’est trop primordial, c’est la vie :slight_smile:

mais toi qui est biologiste
comment tu compte les populations de bactéries?
comment tu traces l’origine d’un gene, trouver un ancêtre commun,…
comment tu date le nombre de generation entre deux sequence ADN?

as-tu déjà croisé « 1/12 » ou une constante qui en dériverais?

parce que je suis perplexe, ca me parait trop simple pour que personne ne l’ai vue avant