Que pensez-vous techniquement des "enfants puits"?


#101

Ca ne l’empèche en rien de certifier, et même si on voit un compte xxx_no_certif il ne sera pas possible de refuser ses certifications.


#102

Bien entendu, ça se base juste sur la confiance. Mais ça permet d’avoir des alertes sur la toile.
Si quelqu’un désire créer une identité sans droit de certif, on n’a que sa parole. Mais avec ça, sa parole est plus facile à vérifier.
Et si un compte “_no_certif” certifie, tout le groupe sera soupçonné de faux compte.
Et à part la crainte de sanctions du reste de la communauté, rien n’empêche 1 ou 2 faux-comptes.


#103

Au ça sera seulement l’enfant qui aura certifié alors qu’il n’était pas censé le faire, ce qui posera problème aux certifiés comme à ceux qui ont certifié l’enfant. Je suis du coup d’accord avec toi uniquement dans le cas où les parents/responsables de l’enfant gèrent le compte et non l’enfant lui même.


#104

Bien sûr que dans tous les cas, les parents ne doivent pas laisser leur enfant faire n’importe quoi.
C’est une suggestion, ça sera adopté (ou pas) par l’usage.


#105

Je réagis en tant que newbees dans la toile,

En ouvrant le droit de devenir membre à un être humain et qui peut être vu comme ne possédant pas encore:

  • une capacité cognitive suffisante pour comprendre la licence (obligation faite aux certifiants)
  • un niveau d’entendement suffisant pour être capable de faire des choix et de les assumer (liberté de choix de chaque être)

On accède à une complexification technique et morale de la G1
C’est à dire, quand peut-on juger qu’un être est apte:

  • à comprendre la licence
  • à faire des choix qui le concerne (exemple: religion)

En raisonnant sur le mode “tout ou rien”, on arrive toujours à rendre nulle toute proposition humaine.

  • on ne permet pas jusqu’à une limite fixe
  • on laisse faire à chacun tout ce qu’il veut

La société a fixé de façon centrale et arbitraire un âge reconnu pour cela avec toutes les imperfections que cela comporte, comme toute limite qui se veut universelle.

j’ai pour habitude de choisir la voir du “milieu”, ce que fait à peu près le principe de la TDC : on exprime des limites relative à chacun (ce qui induit les troll sur la manière de l’appliqué, ex: certification)

Mon point de vue:

  • ajouter à la licence la notion de tuteur pour les enfants ou tierces personnes et les conditions pour y satisfaire
  • laisser à chacun la réalisation de son application personnelle (idem certification)

et suivre les trolls sur les critiques que chacun va faire à l’autre sur la manière relative avec laquelle elle l’applique cette règle :crazy_face:


#106

Après, techniquement il serait intéressant de pouvoir émettre une demande de membership “créatrice mais non-certifieuse”. Y-a-t-il quelque part une discussion ouverte sur une diversification des types de comptes membres ? Parce que ça ouvre pleins de sujets.


#107

A mon avis c’est complexifier un protocole déjà très complèxe pour des choses qui peuvent être faites en dehors.

Il pourrait par exemple être possible de configurer son client pour désactiver l’emission de certifications. Mon profil Cesium+ stocke que les certifications sont désactivées pour ce compte (configuré par les responsables légaux) et ça évite les erreurs.

Note : c’est par contre quelque chose qui pourrait être programmable si la G1 passe un jour sur fygg)


#108

C’est toute la question à se poser, mais je pense que la réponse doit-être avant-tout théorique avant d’être pratique.
Est-ce que fournir l’option de “pouvoir accorder sa confiance de manière limitée” est nécessaire, et est-ce que cela ne risque pas trop que le pouvoir de certification ne soit finalement réservé qu’à quelques un.


#109

Je précise que la nécessité de fournir des outils clients qui limitent le risque d’erreur est très vital.