Monnaie libre et héritage

Une nouvelle approche pour la détermination de la valeur de c.

Monnaie libre et héritage.pdf (617,5 Ko)






6 « J'aime »

Magnifique réalisation !

Hyper clair et transparent comme démonstration :slight_smile: (Et pourtant les maths me demandent un petit effort à chaque fois !)

Cette phrase me fait tiquer pour 2 raisons, bien que ça n’invalide en rien le reste. Je vais pinailler sur les mots, autant le dire :slight_smile:

D’une part, on peut considérer que « faire hériter » une personne est une activité à part entière, dès lors on ne peut pas dire que l’homogénéité spatiale de la monnaie serait indépendante de l’activité.

Mais surtout, c’est le terme « contredit » qui me gêne : je n’ai pas compris de la TRM qu’elle s’intéresse à l’égalité d’accès à la monnaie, mais plutôt à l’égalité des hommes devant sa création. L’accès != création, l’accès englobe la création, c’est une vision plus large. D’ailleurs la TRM parle « d’optimisation » pour la valeur de c, ce qui signifie bien que sa valeur n’est pas intéressante vis-à-vis de la forme générale de la solution qui est un DU.

Et donc de mon point de vue il n’y a pas contradiction, mais plutôt dirais-je, une optimisation au regard de l’héritage plutôt que de la seule espérance de vie.

Du reste, je n’ai pas réussi à vérifier toute la démonstration, donc ceci est mon humble contribution :slight_smile:

2 « J'aime »

C’est vrai que l’on peut pinailler sur les termes choisis qui sont en effet discutables. Mais le calcul et l’approche sont tout à fait excellents !

Je suis d’accord avec ton interprétation de la TRM, et ma phrase est effectivement maladroite. En fait, le résultat net d’avoir une masse monétaire croissante à un taux d’environ 10% / an est la quasi disparition de l’héritage reçu au bout de 40 ans environ. Ça ne supprime pas l’héritage au départ, mais le fait décroître et pratiquement disparaitre au bout d’une demi-vie. On peut le vouloir ou pas, mais c’est ce qui se passe.
L’égalité d’accès à la création monétaire est garantie par la proportionnalité du DU et de la masse monétaire individuelle moyenne (ou, de façon à peu près équivalente, par la constance de la croissance du DU, c’est à dire de c). Le choix de la valeur de c, de ce point de vue, reste libre, et c’est ce que je considère être le principal résultat de ma contribution.
Maintenant, un des effets du choix de c est la disparition plus ou moins rapide de l’héritage au cours du temps. Cela me semble même être le principal effet. Plus la valeur de c est grande, plus l’importance de l’héritage décroît au profit de la création monétaire personnelle. Il y a là un effet de bascule. Si on veut que la création monétaire par participant ne soit pas anecdotique, il faut diminuer l’importance de l’héritage. Où mettre le curseur ? J’ai fait des propositions. Cela reste à débattre.

1 « J'aime »

Je rajouterai, ce qui n’est peut-être pas clair, que je parle uniquement d’héritage financier. Il y a, bien sûr, bien d’autres façons d’hériter.

Monétaire serait plus précis, mais là encore une approche purement monétaire de la notion d’héritage ne convient pas pour approcher ce sujet précis (que la TRM n’aborde pas car ce n’est pas son sujet dans sa version minimale).

Voici une extension de l’approche sur ce sujet :

  • Les valeurs économiques ne sont pas la monnaie qui n’en est qu’une part.
  • L’héritage est la transmission de valeurs économiques, dont la monnaie fait partie.
  • Transmettre un héritage ou faire un don juste avant de mourir est d’un point de vue économique parfaitement équivalent à “dt” près, il n’y a ainsi pas de raison de distinguer “don” et “héritage” c’est strictement équivalent.

Exemples d’héritage :

  • Un homme X1 transmet sa monaie, soit 2500 DU Ğ1 à Y1
  • Un homme X2 transmet une valeur (ex un appartement) estimé à 2500 DU Ğ1 à Y2

Question 1 : Qu’est-ce qui empêcherait Y1 d’acheter l’appartement mis en vente par Y2, inversant ainsi totalement la nature de “l’héritage” de Y1 et de Y2 ?

Question 2 : Sur quels genres de principes la monnaie libre Ğ1 serait une valeur économique qui devrait être traitée différemment de toutes les autres valeurs économiques ? (Thomas Paine inside !)

Questions qui selon la TRM sont parfaitement résolues et dont les réponses réfutent toute approche pré-relativiste de la notion de valeur.

2 « J'aime »

Très intéressant. Il y a encore à creuser !

Très juste. Le $h$ de l’étude précédente est en fait l’héritage de la création monétaire des générations précédentes. Ce n’est pas un héritage individuel.

1 « J'aime »